Siège de la BBC à Londres le 2 juillet 2020
Siège de la BBC à Londres le 2 juillet 2020
Siège de la BBC à Londres le 2 juillet 2020 ©AFP - Ben Stansall
Siège de la BBC à Londres le 2 juillet 2020 ©AFP - Ben Stansall
Siège de la BBC à Londres le 2 juillet 2020 ©AFP - Ben Stansall
Publicité
Résumé

Le gouvernement de Boris Johnson a annoncé le 17 janvier 2022 un gel, pour deux ans, de la redevance audiovisuelle finançant la BBC, radiodiffuseur de service public. Une mesure qui vient remettre en cause la survie financière de cette institution internationalement réputée.

En savoir plus

En janvier 2022, la secrétaire d’État britannique au numérique, à la culture, aux médias et aux sports annonçait à Westminster que, compte-tenu de l’inflation et de la hausse globale des prix, son gouvernement avait décidé de soutenir les ménages et de geler la redevance audiovisuelle pour une période de deux ans. La ministre Nadine Dorries a donc expliqué que le niveau de la redevance serait maintenu à 159 livres (l'équivalent de 190 euros) jusqu'en 2024, puis qu'elle « augmenterait selon l'inflation pendant les quatre années suivantes ». Mais au-delà de cette annonce, elle a également expliqué s’interroger sur le modèle de financement de la BBC sur le plus long terme, laissant même entrevoir une suppression pure et simple de la redevance d'ici quelques années. Cette mesure mettrait en péril l’avenir d’une institution centenaire déjà confrontée à de nombreux défis, mais aussi à de profondes critiques, par exemple sur son impartialité régulièrement pointée du doigt. 

Les critiques à l’égard de la BBC sont-elles justifiées ? Le groupe audiovisuel public britannique (doyenne mondiale des sociétés publiques de radiotélévision) pourrait-il se passer de la redevance ? Si tel est le cas, vers quel modèle économique peut-il se tourner ? Que nous dit l’histoire du Royaume-Uni sur sa capacité à transformer le paysage de ses médias publics ? Et quel regard l’opinion porte-t-il sur ces derniers ?

Publicité

La BBC connait des coupures budgétaires incessantes depuis un certain nombre d’années. Les journalistes de la BBC disent que toutes les économies possibles ont déjà été faites. Il ne restera donc plus qu’à couper des programmes, voir des chaines entières... Daniel Ruff

Dans les années 1920 et jusqu’à la fin des années 70, il y avait beaucoup de débats parlementaires qui abordaient les questions de la privatisation et de la fin de la redevance. Mais ces opinions restaient minoritaires, la perspective dominante étant tournée autour du maintien du service public. Cette perspective a été progressivement remplacée par une perspective économique, qui perçoit le public, non plus comme des citoyens, mais comme des consommateurs. Simon Dawes 

Florian Delorme reçoit Daniel Ruff, professeur à l’Université de Limoges et Simon Dawes, maître de conférence à l’Université Versailles Saint-Quentin. 

Seconde partie : le focus du jour

La lottizzazioneitalienne : à la RAI, à chaque parti sa chaîne

L'ancien dirigeant du Mouvement 5 étoiles Di Maio à l'émission politique "Porta a porta" sur Rai 1 en 2018
L'ancien dirigeant du Mouvement 5 étoiles Di Maio à l'émission politique "Porta a porta" sur Rai 1 en 2018
© AFP - Alberto Pizzoli

En novembre 2021, la télévision publique italienne, la Rai, a proposé de nouvelles nominations à des postes importants, comme ceux des directeurs de rédactions ou encore des présentateurs des journaux télévisés. Ces nominations suivent le principe non-écrit de la lottizzazione, qui correspond à une répartition des postes sur les chaînes en fonction du poids des partis, et qui est censée garantir la neutralité et le pluralisme dans les médias publics. Depuis novembre 2021, le journal télé est donc présenté par Paolo Petrecca, un proche de Giorgia Meloni, la cheffe du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, tandis que Gennaro Sangiuliano, lui proche de la Lega, conserve son poste au journal de la RAI 2. Mais, le Mouvement 5 Etoiles n’a lui reçu aucun poste, bien qu’il soit encore aujourd’hui important au Parlement italien. 

Pourquoi l'un des parti les plus importants dans le pays n'a-t-il reçu aucun poste à la Rai ? N'est-ce pas en contradiction avec le principe de lottizzazione ?  

La lottizzazione est une pratique qui n’est pas consacrée par écrit, mais une pratique acceptée et qui existe depuis le milieu des années 70. L’idée est de garantir une présence plus forte des forces politiques représentées au Parlement. C’est une réponse à la situation antérieure à 1975, lorsque la télévision publique était complètement dominée par le seul parti gouvernemental, les démocrates-chrétiens. Cinzia Padovani

Avec Cinzia Padovani, professeure à l’Université South Illinois. 

Références sonores

- Témoignage de deux Londoniens à propos du gel de la redevance audiovisuelle (Pukaarnews, 18 janvier 2022)

- Nadine Dorries annonce le gel de la redevance pour les deux prochaines années (The Guardian, 17 janvier 2022) 

- Extrait du premier épisode du soap opera « EastEnders » de Julia Smith et Tony Holland diffusé sur la BBC (BBC, 19 février 1985)

- Margaret Thatcher évoque son rapport à la télévision pendant la campagne électorale (BBC, 1979) 

Références musicales

- « Artefacts » de Molécule (Label : Because)

- « Hang On To Yourself » de David Bowie enregistré dans les studios de la BBC le 16 mai 1972 (Label : EMI)

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation