Une patrouille de trois policiers sur la Place Rouge désertée le 17 mai dernier ©AFP - YURI KADOBNOV / AFP
Une patrouille de trois policiers sur la Place Rouge désertée le 17 mai dernier ©AFP - YURI KADOBNOV / AFP
Une patrouille de trois policiers sur la Place Rouge désertée le 17 mai dernier ©AFP - YURI KADOBNOV / AFP
Publicité
Résumé

Direction la Russie, aujourd'hui: l’épidémie menace-t-elle les plans de Vladimir Poutine, ou lui permet-elle au contraire de souder le pays derrière lui ? Comment le Kremlin s’est-il attaqué au coronavirus, et comment la population a-t-elle réagi à ses mesures, souvent axée sur la surveillance ?

avec :

Benoît Vitkine (Journaliste au Monde), Françoise Daucé (Directrice de recherche à l’EHESS, directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)), Caroline Dufy (Maitre de conférences en économie et en sociologie à Sciences po Bordeaux, spécialiste de l'économie russe), Clémentine Fauconnier (maîtresse de conférences en science politique à l’université de Haute-Alsace).

En savoir plus

Dans son discours de commémoration du 9 mai 1945, jour de fierté nationale en Russie, le président Vladimir Poutine s’est voulu fédérateur, déterminé, et fidèle à l’image d’une puissance insubmersible, souvent frappée par l’histoire, mais jamais vaincue…

Difficile, pourtant, de faire comme si de rien n’était, alors que la cérémonie, prévue pour être grandiose, en ce 75e anniversaire de la victoire soviétique contre l’Allemagne nazie, n’a été maintenue qu’à minima et sans public, dans un pays durement touché par le coronavirus…

Publicité

En effet, alors que l’épidémie a longtemps été considérée comme sous contrôle en Russie, elle est désormais endémique, et nombre d’observateurs mettent en doute les statistiques officielles largement sous-estimées par un pouvoir qui craint les conséquences économiques de l’arrêt des activités dans un pays déjà durement touché par la chute des prix du pétrole…

Un contexte risqué pour Vladimir Poutine, qui, il y a quelques semaines, a validé le principe d’une réforme constitutionnelle lui permettant de se succéder à lui-même à l’issue de son mandat en 2024...

L’épidémie de covid-19 menace-t-elle les plans de Vladimir Poutine, ou lui permet-elle au contraire de souder le pays derrière lui ?

Comment le Kremlin s’est-il attaqué au coronavirus, et comment la population a-t-elle réagi à ces mesures ?

L’économie russe est-elle en mesure d’encaisser le double choc constitué par la chute des prix du pétrole et le confinement ?

La popularité de Vladimir Poutine reste élevée dans l’absolu, mais basse par rapport à ce à quoi il nous a habitué Clémentine Fauconnier

L'exaspération tient au positionnement politique de Poutine, il a habitué sa population à prendre une position de leader fort qui ne craint pas la crise, or il semble là, craindre la crise. Benoit Vitkine

5 min

La Douma joue un rôle de figurante mais va dans une direction de renforcement du "poutinisme", pas forcément pour rester au pouvoir, mais se créer une base de légitimité forte pour gérer une transition. Benoit Vitkine

Avec cette remise à zéro des compteurs il s’ouvre une nouvelle possibilité, soit de se maintenir jusqu’en 2036 soit de bien choisir le moment où il passera la main. Clémentine Fauconnier

La succession se jouera sur une question d’équilibre entre les différentes forces qui gravitent autour du pouvoir russe. Benoit Vitkine

5 min

Extraits sonores

- Extrait du discours  de Vladimir Poutine le 09 mai lors des célébrations de la Victoire sur l'Allemagne nazie (RTBF, 09 mai 2020)

- En Russie, les petites et moyennes entreprises sont en grande difficulté suite à l'apparition de la COVID 19. Alexey Petropolsky est un homme d'affaire qui est à la tête d'une chaîne de restaurants et d'hôtels et a dû notamment forcer 200 de ses salariés à démissionner (France 24, 09 avril 2020) 

- Vladimir Poutine lors de la visioconférence avec les gouverneurs des provinces russes à propos du déconfinement à venir de certains secteurs économiques (France 24, 11 mai 2020)

- Nikita Utkin, directeur de projet qui travaille sur « Moscou – Smart City + un couple de Moscovites qui se sent en sécurité avec le réseau de vidéosurveillance (Extrait du documentaire « Moscou - Smart City : révolution sous surveillance » de Mascha Rodé diffusé sur Arte le 09 mars 2020)

Extraits musicaux 

- « Plus in Tacet » de Pantha du Prince (label : BMG)

- « It happens » de Mikael Tariverdiev (label : Earth recording)

Une émission préparée par Margaux Leridon.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Hélaine Lefrançois
Production déléguée
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation