Sahara occidental : le mirage de l'Etat nation : épisode 2/4 du podcast Autodéterminations

Femmes sahraouies lors de célébrations pour le 45ème anniversaire de la déclaration de la République arabe sahraouie démocratique à Tindouf le 27 février 2021.
Femmes sahraouies lors de célébrations pour le 45ème anniversaire de la déclaration de la République arabe sahraouie démocratique à Tindouf le 27 février 2021. ©AFP - RYAD KRAMDI
Femmes sahraouies lors de célébrations pour le 45ème anniversaire de la déclaration de la République arabe sahraouie démocratique à Tindouf le 27 février 2021. ©AFP - RYAD KRAMDI
Femmes sahraouies lors de célébrations pour le 45ème anniversaire de la déclaration de la République arabe sahraouie démocratique à Tindouf le 27 février 2021. ©AFP - RYAD KRAMDI
Publicité

Territoire non reconnu par l’ONU, le Sahara occidental est une bande de sable aux confins du Maroc, de la Mauritanie et de l’Algérie, engluée dans un conflit gelé qui oppose les indépendantistes du Front Polisario au Maroc depuis 1975.

Avec
  • Khadija Mohsen-Finan Enseignante à Paris I, spécialiste du Maghreb et des questions méditerranéennes, membre fondateur d’Orient XXI
  • Thierry Desrues Membre du Conseil supérieur de la recherche espagnol, chercheur spécialiste du Maroc à l'Institut d'Etudes Sociales Avancées de Cordoue
  • Mohand Tilmatine Chercheur à l'université de Cadix, responsable du groupe d'étude sur les langues et les identités berbères

Inscrit sur la liste des territoires à décoloniser de l’ONU, aux yeux du droit international, les habitants du Sahara occidental devraient donc bénéficier du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Et pouvoir s’exprimer sur la question de leur souveraineté via un référendum d’autodétermination. Mais les questions géopolitiques sont venues perturber la théorie onusienne et empêchent la tenue de ce scrutin prévu pour la première fois en 1992. Un scrutin auquel le Maroc, qui contrôle aujourd’hui 80% de ce territoire disputé, s’oppose. Le roi Mohammed VI lui préfère l’option d’une autonomie régionale du Sahara occidental, qui passerait officiellement sous pavillon marocain.

Face à cette impasse politique, les tensions sont récemment remontées au Sahara occidental, où le cessez-le-feu entre Maroc et Front Polisario a été rompu en novembre 2020. Fortes d’un avantage militaire certain, les troupes marocaines affrontent sporadiquement l’armée du Front Polisario, mouvement de libération sahraoui. Un conflit de basse intensité qui menace l’équilibre régional du Maghreb, la rivalité entre l’Algérie et le Maroc se cristallisant autour de la question sahraouie. Jusqu’où les deux adversaires historiques peuvent-ils aller ? Plus largement, quel rôle jouent certaines grandes puissances mondiales -Etats-Unis, Israël, mais aussi France- sur ce dossier ? Et enfin, à quelle issue peut aspirer le peuple sahraoui, 45 ans après le début du conflit ? 

Publicité

Nous sommes face à la limite de la stratégie marocaine aujourd’hui. (…) Aussi puissant soit-il, le Maroc ne pourra pas faire accepter à la communauté internationale son contournement du droit international. Khadija Mohsen-Finan

Si le Front Polisario acceptait la solution de l’autonomie, le coût du retour des réfugiés, du désarmement des troupes, de l’intégration des cadres Polisario dans l’administration marocaine serait moindre que le coût de l’état de guerre qu’il y a en ce moment. Thierry Desrues

Florian Delorme reçoit Khadija Mohsen-Finan, enseignante à Paris I et spécialiste du Sahara occidental, ainsi que Thierry Desrues, chercheur spécialiste du Maroc à l'Institut d'Etudes Sociales Avancées de Cordoue.

Seconde partie : le focus du jour 

Kabylie : du particularisme culturel à l'indépendantisme

Femme en habits traditionnels marchant près d’une forêt dévastée par les feux en Kabylie, le 11 août 2021.
Femme en habits traditionnels marchant près d’une forêt dévastée par les feux en Kabylie, le 11 août 2021.
© AFP - Ryad KRAMDI

A l'inverse du Sahara occidental, la Kabylie ne figure pas sur la liste de territoires à décoloniser de l'ONU. Elle pâtit néanmoins d'un régime de défaveur qui a lentement creusé le fossé séparant les Kabyles, berbères, aux autres Algériens se réclamant d'une identité arabo-musulmane. Comment la Kabylie s'est-elle construite en rejet cette « algérianité », et peut-elle réaliser ses ambitions  d'autodétermination? Comment le pouvoir central par ailleurs affaibli par les manifestations du Hirak combat-il ce mouvement contestataire régional ? Et dans quelle mesure ces tensions internes à l'Algérie peuvent-elles être attisées par ses rivaux ?

Le problème fondamental est le manque de respect de l’identité propre, qui a surtout commencé à augmenter avec le lancement de la politique d’arabisation dans laquelle les Kabyles ne se retrouvaient pas. Mohand Tilmatine

Avec Mohand Tilmatine, chercheur à l'université de Cadix, responsable du groupe d'étude sur les langues et les identités berbères. 

Références sonores

  • Témoignage de Moulay Dadi, réfugié sahraoui du camp de Tindouf, en Algérie (AFP, 03 novembre 2017)
  • Début novembre dernier, Mohammed VI affirmait que le Sahara occidental n’était pas un territoire « à négocier » (AFP, 07 novembre 2021)
  • Le 13 juin dernier, Mohamed Salem Ould Salek, chef de la diplomatie du mouvement indépendantiste sahraoui Front Polisario, affirmait qu'une véritable guerre se déroulait avec le Maroc depuis plusieurs mois dans la région du Sahara Occidental (France 24, interview par Marc Perelman, 13 juin 2021)
  • Mohamed Sidati, représentant du Front Polisario, s’exprimait en janvier dernier sur le processus d'auto-détermination, les négociations et le rôle de l’ONU dans celles-ci (France 24, 24 janvier 2021)
  • Archive dans laquelle de jeunes combattants du Front Polisario témoignent de leur lutte en décembre 1976 (BNF, réalisateur : Bruno Muel, 20 décembre 1976)
  • Ferhat Mehenni, président du MAK, considérait fin août dernier qu’un génocide avait lieu en Kabylie à la suite des incendies qui ont ravagé cette région et à l’abandon de la population par le pouvoir algérien (Le 360, 27 août 2021)

Références musicales

  • « Hulie and Candy » de Boards of Canada (Label : Warp)

L'équipe