Bataillon de femmes de l'armée ukrainienne défilant à l'occasion de la fête de l'indépendance en 2018
Bataillon de femmes de l'armée ukrainienne défilant à l'occasion de la fête de l'indépendance en 2018 ©AFP - Sergei Supinsky
Bataillon de femmes de l'armée ukrainienne défilant à l'occasion de la fête de l'indépendance en 2018 ©AFP - Sergei Supinsky
Bataillon de femmes de l'armée ukrainienne défilant à l'occasion de la fête de l'indépendance en 2018 ©AFP - Sergei Supinsky
Publicité

Alors qu'en Ukraine la résistance s'organise face à l'invasion russe, nous nous intéressons aujourd'hui au rôle des femmes ukrainiennes dans la guerre. De la révolution de Maïdan à la guerre contre la Russie, en passant par le conflit au Donbass, comment le patriotisme s'accorde-t-il au féminin ?

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, un grand mouvement de résistance s’organise dans la population, depuis les personnes qui prennent les armes directement pour faire face à l’envahisseur, jusqu’à celles qui organisent les réseaux d’entraide à l’intérieur du pays mais aussi au-delà. Ce matin, ce sont des femmes en particulier dont nous allons parler. Que ce soit derrière les lignes où elles apportent une aide décisive, en soignant les blessés, en préparant des vivres, ou même en allant directement sur le front, toutes sont mobilisées. Cette engagement est loin d'être une nouveauté. En effet, depuis la révolution de Maïdan, elles n’ont cessé de s’engager, luttant pour la liberté et leur indépendance vis-à-vis de la Russie, mais défendant aussi leurs droits et leur place dans une société encore fortement patriarcale.

Comment les femmes s’engagent-elles dans la guerre ? Que représentent-elles dans l’armée ukrainienne ? Et quels postes parviennent-elles à y occuper ? Qu’en est-il dans la résistance territoriale civile ? Comment le patriotisme ukrainien se conjugue-t-il au féminin ?

Publicité

Les femmes ont du mal à s’imposer dans l’armée ukrainienne où elles sont souvent reléguées à des tâches administratives. C’est grâce aux bataillons de volontaires, où toutes les règles de l’institution militaires ne sont pas retranscrites, et par leurs compétences que les femmes ont pu s’imposer : on a ainsi vu des femmes exercer des métiers de combat, traditionnellement réservées aux hommes, qui les placent en première ligne.  Ioulia Shukan

Florian Delorme reçoit Ioulia Shukan, maîtresse de conférences en études slaves à l'Université Paris Nanterre et chercheuse à l’Institut des Sciences sociales du Politique.

Pour aller plus loin :

Le film de Maria Berlinska sur la place des femmes dans l'armée ukrainienne, Invisible Bataillon, est accessible en ligne.

Seconde partie : les focus du jour

Inner Wars : dans la tête de trois femmes en première ligne

Soldat ukrainienne sur le front du Donbass en 2014
Soldat ukrainienne sur le front du Donbass en 2014
© AFP - Sergei Supinsky

Après la révolution de Maïdan, nombre de combattants ont rejoint l’armée ukrainienne sur le front du Donbass. C’est à ce moment-là que les femmes parviennent à se faire une place officielle dans les rangs, non sans difficultés. Masha Kondakova est ukrainienne et réalisatrice, elle a suivi trois d’entre elles, Léra, Léna et Ira, pour voir comment elles vivent ce quotidien. Trois parcours différents, pour tenter de comprendre ce qui les pousse à s’engager, et ce que la guerre a provoqué au plus profond d’elles-mêmes.

Les femmes font tout pour être en première ligne du front, mais à cause de règles anciennes, qui n’ont pas été modifiées dans l’institution militaire, elles doivent rester à l’arrière. Aujourd’hui elles veulent se battre et ne comprennent pas pourquoi elles doivent subir ces règles surannées. Masha Kondakova

Avec Masha Kondakova, réalisatrice de "Inner War". Le film est disponible en intégralité sur le site d'Arte.tv, accessible en suivant ce lien.

Lioudmila Pavlichenko, la mémoire partagée d'une tireuse d'élite soviétique

Portrait de la tireuse d'élite soviétique, Lioudmila Pavlitchenko
Portrait de la tireuse d'élite soviétique, Lioudmila Pavlitchenko
- Inconnu

En 2015, l’un des derniers film d’une co-production russo-ukrainienne sortait dans les salles de cinémas des deux pays : La bataille pour Sébastopol, un biopic sur Lioudmila Pavlichenko, une snipeuse d’élite de l’Armée Soviétique. Née en Ukraine actuelle en 1916, elle s’est battue en Crimée en 1942, faisant naître une légende : elle aurait abattu 309 nazis. Le film est un blockbuster épique, qui met en scène les exploits militaires de Pavlichenko et sa vie privée, notamment amoureuse. A la sortie du film en avril 2015, un an après l’annexion de la Crimée par la Russie, le réalisateur du film Sergeï Moritsky (qui est né en Ukraine mais vit à Moscou) déclare espérer que le film puisse rassembler les deux nations, au moins pour deux heures, autour de l’histoire commune de l’héroïne de guerre Pavlichenko.

Dans les années d’avant-guerre, les femmes soviétiques étaient encouragées à participer à des activités qui ne leur étaient pas traditionnellement dédiées, comme par exemple manipuler des armes militaires. Mais dès que la guerre a commencé, les femmes ont été reléguées à la maison, ou dans des postes qui ne correspondaient pas à leur formation de combattante. Pavlichenko a dû se battre pour être mobilisée au combat. Adrienne Harris

Avec Adrienne Harris, professeure à Baylor University, spécialiste de la représentation de la Seconde Guerre mondiale dans l'espace soviétique.

Références sonores

- Témoignage d’Oksana, jeune Ukrainienne de Lviv réfugiée à la frontière polonaise (Brut, 27 février 2022)

- Maryana, une habitante de Lviv, aide les Ukrainiens venant d’Odessa ou de Kyiv (Extrait du « Pieds sur terre » diffusé le 04 mars 2022)

- Témoignage de Catherine, combattante ukrainienne souhaitant défendre sa patrie (France Info, Extrait du reportage d’Omar Ouahmane et Gilles Galinaro, 03 mars 2022)

- Extrait d’une intervention de Maria Berlinska lors de la présentation de son son film à Kiev en 2018

- Témoignage de Lera parlant des femmes et du front (Extrait du documentaire « Inner Wars » de Masha Kondakova, diffusé sur Arte, 02 mars 2022)

Références musicales

- « Notes » de Christian Löffler (Label : Ki records)

- « Miss Pavlichenko » de Woody Guthrie (Label : Smithsonian Folkways records)

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Bertille Bourdon
Collaboration
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Clément Perrier
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation