Chars ukrainiens en périphérie de la ville de Louhansk
Chars ukrainiens en périphérie de la ville de Louhansk
Chars ukrainiens en périphérie de la ville de Louhansk ©AFP - Anatolii Stepanov
Chars ukrainiens en périphérie de la ville de Louhansk ©AFP - Anatolii Stepanov
Chars ukrainiens en périphérie de la ville de Louhansk ©AFP - Anatolii Stepanov
Publicité
Résumé

Après une première étape en Birmanie où, depuis le coup d'Etat, la junte continue de persécuter l'opposition démocrate, direction l'Ukraine où, malgré la résistance, Vladimir Poutine affiche sa détermination à poursuivre l'offensive, laissant présager de nouvelles pertes civiles et militaires.

avec :

Guillaume Pajot (journaliste indépendant, spécialiste de la Birmanie.), François Heisbourg (Conseiller spécial à l’ISS (International Institute for Strategic Studies), conseiller spécial du président de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS)), Annie Daubenton (Journaliste, essayiste, spécialiste de l’Ukraine).

En savoir plus

Première partie - Retour de Birmanie : Recueillir les voix de l'opposition 

Protestation contre le coup d'Etat militaire à Yangon
Protestation contre le coup d'Etat militaire à Yangon
© AFP - STR - AFP

Il y a un an, le 1er février 2021, l’armée birmane renversait le pouvoir en Birmanie, emprisonnant la présidente Aung Sang Suu Kyi. Un coup d’état qui marque le retour des militaires au pouvoir, après la fin de la dictature militaire en 2011, sous le prétexte que les élections de novembre 2020 avaient été truquées.

Face à la violence de la répression des manifestations pacifistes (plus de 700 civils morts depuis le coup d’état), la désobéissance civile semble laisser place à la création de groupes armés, où les manifestants ont rejoint les armées des minorités ethniques, notamment Karen, en guerre avec la junte depuis des décennies. Bien qu’il ne soit plus possible aujourd’hui de se rendre sur place, Guillaume Pajot a recueilli la parole d’opposants de la première heure, qui lui ont raconté cette année écoulée de lutte

Publicité

L’armée birmane n’est pas une armée conventionnelle, c’est une société dans la société, avec ses propres règles, ses hôpitaux et ses propres hommes. Elle tient ses soldats grâce à la façon dont elle tient leur vie, jusqu’à dans leur intimité. Beaucoup de militaires qui ont déserté [depuis le coup d’Etat] sont des hommes célibataires sans attache, car quand l’armée tient votre femmes et vos enfants, il est très difficile de quitter cet appareil. Guillaume Pajot

Avec Guillaume Pajot, journaliste indépendant.

Table ronde d'actualité internationale 

Alors que nous rentrons dans le 9ème jour de la guerre en Ukraine, nous allons tenter de comprendre comment le conflit pourrait évoluer dans les jours, semaines et mois qui viennent. Depuis le début, la plupart des observateurs ont eu grande peine à voir venir les choses et à prévoir les événements. Nous allons essayer d’y voir plus clair, entre les échanges diplomatiques qui ne sont pas rompus, la possible chute de Kyiv à relativement court terme comme l’espère Vladimir Poutine. Ou alors, au contraire, un conflit qui durerait à la faveur d’une résistance plus vigoureuse qu’attendu. Une résistance qui pourrait, par ailleurs, être épaulée par le soutien de livraisons d’armes occidentales.

Quelles sont les évolutions possibles de la guerre en Ukraine ?

Les pertes militaires ne sont pas minimisées par Poutine, qui a choisi de les assumer. Le président russe est parti pour monter vers les extrêmes, et pour entrainer son pays dans un désastre sans nom. Les encouragements occidentaux ne suffiront pas à donner corps et vigueur à la société civile russe, pour lui permettre de s’opposer au pouvoir. François Heisbourg

Pour l’instant on ne voit pas un millimètre de changement dans la politique du Kremlin qui continue à parler de fédéralisation de l’Ukraine et de l'instauration à Kyiv d’un gouvernement fantoche. Annie Daubenton

Florian Delorme reçoit François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique et Annie Daubenton, journaliste et essayiste, autrice du Blog de l’Est d’Alternatives économique.

Erratum :  Au cours de l'émission, un tweet de l'oligarque russe proche de Poutine, Vladislav Sourkov, dans lequel ce dernier affiche son opposition à la guerre, a été mentionné. Après vérification, ce tweet provient d'un faux compte, et rien ne semble indiquer que Sourkov s'oppose à la guerre. 

 Le dessin de la semaine

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références sonores

- Témoignage d'un habitant de la ville de Kherson tombée entre les mains des russes

- Le maire de Marioupol, Vadym Boïtchenko, et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'expriment sur les dernières destructions dues à l’armée russe (BFM TV + TV5 Monde, 03 mars 2022)

Référence musicale 

- « Tha De Ma Ya Lo Sate Ma Kaung Ma Phyit Par Nae » du chanteur birman Naing Ngan Taw

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation