Soldats ukrainiens portant le drapeau national lors d'une journée commémorant l'indépendance obtenue après la dislocation de l'Union Soviétique
Soldats ukrainiens portant le drapeau national lors d'une journée commémorant l'indépendance obtenue après la dislocation de l'Union Soviétique
Soldats ukrainiens portant le drapeau national lors d'une journée commémorant l'indépendance obtenue après la dislocation de l'Union Soviétique ©AFP - Anatolii Stepanov
Soldats ukrainiens portant le drapeau national lors d'une journée commémorant l'indépendance obtenue après la dislocation de l'Union Soviétique ©AFP - Anatolii Stepanov
Soldats ukrainiens portant le drapeau national lors d'une journée commémorant l'indépendance obtenue après la dislocation de l'Union Soviétique ©AFP - Anatolii Stepanov
Publicité
Résumé

Tandis que plane la menace d'une invasion de l'Ukraine par la Russie, Vladimir Poutine multiplie les références à l'histoire pour justifier l'existence d'un lien historique unissant le peuple ukrainien et le peuple russe. Quel rôle joue l'histoire dans les relations russo-ukrainiennes ?

avec :

Alexandra Goujon (maîtresse de conférences à l’université de Bourgogne, rattachée au Centre de recherche et d’étude en droit et science politique (Credespo), spécialiste de la Biélorussie), Antoine Arjakovsky (historien, directeur de recherche au Collège des Bernardins, directeur émérite de l'Institut d'études œcuméniques de Lviv (Ukraine).).

En savoir plus

A l'été 2021, Vladimir Poutine publiait un long article sur les liens historiques unissant les Russes et les Ukrainiens dans lequel il affirmait qu’ils formaient « un même peuple ». Pour ce faire, le président russe remonte loin en convoquant « la Rus’ de Kiev », une grande principauté slave orientale qui a existé du IXème au milieu du XVIIIème siècle sous l’impulsion d’Oleg le Sage.

Kiev occupait une place centrale dans cet espace. Mais l’ancienne Rus s'est affaiblie et s'est disloquée. Selon Poutine, l’histoire a décidé que le centre de réunification devait être Moscou. Mais attention, écrit-il, « la noblesse comme les gens du peuple considéraient la Russie comme un espace commun, comme leur patrie ». Dans la période plus récente, ces liens n’auraient pas non plus été altérés, avance-t-il encore. D’ailleurs l’Ukraine n’a-t-elle pas donné à l’URSS deux dirigeants de renom : Nikita Khrouchtchev et Leonid Brejnev ? Bref, à en croire le président russe, tout allait bien jusqu’à ce que les Occidentaux s’en mêlent, cherchant à diviser ce peuple et entrainant « petit à petit l'Ukraine dans un jeu géopolitique dangereux visant à faire de ce territoire une barrière entre l'Europe et la Russie ».

Publicité

Quelle est la réalité historique des arguments avancés par Poutine dans cet article ? Comment les historiens et les responsables ukrainiens y répondent ? Jusqu’où le passé peut-il justifier l’ambition d’annexer un territoire dont la population cherche à s’émanciper malgré une histoire et une culture commune ? Et d’ailleurs, pourquoi l’Ukraine a-t-elle eu tant de mal à affirmer sa souveraineté à travers les âges ? 

Dire que Kiev est la mère de toutes les villes russes est un non-sens historique. On ne peut établir un lien de continuité direct entre la Kiev du IXème siècle, la Rus’ de Kiev, et la Moscou d’aujourd’hui. Antoine Arjakovsky

Il est important de rappeler que la large proportion de citoyens russes vivant en Crimée provient d’une modification de la population par l’Empire Russe et de la déportation de 90 000 Tatars suite à une punition collective. Alexandra Goujon

Florian Delorme reçoit Antoine Arjakovsky, historien, directeur de recherche au Collège des Bernardins, directeur émérite de l'Institut d'études œcuméniques de Lviv (Ukraine) et Alexandra Goujon, maîtresse de conférences à l’université de Bourgogne, rattachée au Centre de recherche et d’étude en droit et science politique (Credespo). 

Pour aller plus loin : 

Le rapport Russie - Ukraine : Quel plan de paix entre la Russie et l'Ukraine ? de la Commission Vérité, justice et réconciliation entre l'Union Européenne, la Russie et l'Ukraine, fondée par Antoine Arjakovsky est à lire en ligne sur le site du Collège des Bernardins 

L'ouvrage de référence sur la construction de l'Ukraine, par l'historien autrichien Andreas Kappeler : Petite histoire de l'Ukraine, Andreas Kappeler, Institut d'Etudes Slaves, Paris 1997

Seconde partie : le focus du jour

Séparatistes, les Ossètes du Sud loin de la protection russe

Des partisans de la candidate à l'élection présidentielle Ossète de 2011, Alla Dzhioyeva, brandissant les drapeaux de l'Ossétie du Sud et de la Russie
Des partisans de la candidate à l'élection présidentielle Ossète de 2011, Alla Dzhioyeva, brandissant les drapeaux de l'Ossétie du Sud et de la Russie
© AFP - Mikhail Mordaso

La guerre entre la Géorgie et la Russie de 2008 apparaît comme le premier pas expansionniste de Poutine. Si le russe est la langue officielle de l’Ossétie du Sud, ils ne sont pourtant pas d'ethnie russe. Mais la période communiste semble avoir resserré les liens entre la minorité et le voisin russe, faisant naître la volonté, à la chute de l’URSS, de rejoindre l’Ossétie du Nord, en fédération de Russie. 

Comment s’explique le lien entre les Ossètes et la Russie ?

Après la guerre de 2008 en Géorgie, les autorités ossètes affichent ouvertement leur volonté de rattacher l'Ossétie du Sud à la Russie. Mais la Russie cherche uniquement à s'implanter militairement au Caucase du sud; elle ne souhaite pas assumer les coûts financiers et diplomatiques que produirait un tel rattachement. Silvia Serrano

Avec Silvia Serrano, sociologue et politologue, vice-chancelière de Sorbonne Université Abou Dhabi

Références sonores

-Extrait de l’interview de Vladimir Poutine accordé à la télévision russe durant laquelle il affirme que les Ukrainiens et les Russes ne forment qu’un seul et même peuple (RT, 30 juin 2021)

-Extrait du discours de Vladimir Poutine lors de la fête célébrée en l’honneur de la conquête de la Crimée par la Russie (Extrait du documentaire « Poutine, le retour de l’ours dans la danse » de Frédéric Tonolli diffusé sur Arte, 24 janvier 2022) 

-Témoignage de Russes participant à la fête célébrée en l'honneur de la conquête de la Crimée par la Russie (AFP, 24 janvier 2022)

-Dmitri Medvedev dénonce l’attaque géorgienne en Ossétie du Sud le 09 août 2008 (TF1, 09 août 2008)

-Extrait de l’allocution du président géorgien Mikheil Saakashviili au soir de l’attaque russe (INA, France 3, 08 août 2008) 

-Témoignages d'un soldat russe voulant poursuivre l’offensive jusqu’à Tbilissi et d’une habitante d’Ossétie du Sud au lendemain de l’offensive russe dans la ville géorgienne de Gori (INA, France 3, 08 août 2008)

Références musicales 

-«The Splendour » de Pantha du Prince (Label : Rough Trade)

-«Along my street for many years » de Mikael Tariverdiev (Label : Earth records)

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation