Soldat ukrainien
Soldat ukrainien
Soldat ukrainien ©AFP - GENERAL STAFF OF THE UKRAINIAN ARMED FORCES
Soldat ukrainien ©AFP - GENERAL STAFF OF THE UKRAINIAN ARMED FORCES
Soldat ukrainien ©AFP - GENERAL STAFF OF THE UKRAINIAN ARMED FORCES
Publicité
Résumé

Pris de court par la chute de Kaboul en août 2021, le renseignement américain a retrouvé sa crédibilité en annonçant l'imminence d'une invasion russe en Ukraine. Une analyse qui n'a pourtant pas été partagée par tous les services de renseignement européens. Comment expliquer ces divergences ?

avec :

Pierre Gastineau (Journaliste, rédacteur en chef d’ « Intelligence Online »), Pauline Blistène (Docteure en philosophie, membre du projet de recherche européen DEMOSERIES, accueilli par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

En savoir plus

Plusieurs mois avant le déclenchement de la guerre en Ukraine, la CIA alertait sur le risque d’invasion russe, partageant avec une transparence assez inédite toute une série d’informations étayant ce scénario. Pourtant, rares sont ceux qui ont pris cet avertissement au sérieux parmi les observateurs et autres experts reconnus. Ce scénario n’a pas non plus été jugé plausible par les les services de renseignement des pays européens, notamment par les services français. En Allemagne, la guerre ne semble pas non plus avoir été anticipée, comme en atteste cette évacuation soudaine de Kiev, le 25 février 2022, du directeur du BND, le service fédéral allemand de renseignement, par une unité des Forces spéciales.

Pourquoi les services occidentaux n’ont pas été « en phase » au moment du déclenchement de la guerre en Ukraine alors que les tensions étaient latentes depuis des années ? Faut-il y voir un défaut de coopération ou une manière différente d’analyser les informations et de les transformer en actes politiques ? Comment ces renseignements ont-ils été utilisés à des fins politiques et diplomatiques ? Et, maintenant que la guerre a éclaté, quel rôle les services de renseignement vont-ils jouer sur le terrain  ?

Publicité

Le succès du renseignement américain dans l’anticipation de l’invasion russe peut s’expliquer par ce qu’on appelle la mémoire des services. Il faut rappeler que la CIA a été créée pour faire face à la menace soviétique. Donc quand un service de renseignement américain doit collecter de l’information sur la Russie, il est dans sa zone de confort car c’est un théâtre d’opération qu'il connait très bien. Pierre Gastineau

Les directeurs de la Direction du renseignement militaire américain et de la National Security Agency (NSA) ont déclaré qu’ils n’ont jamais vu un tel partage de renseignement en temps réel avec un partenaire. Ce niveau de partage entre les Etats-Unis et l’Ukraine est révolutionnaire, aussi bien en termes de quantité que de qualité de l'information. Damien Van Puyvelde

Florian Delorme reçoit Pierre Gastineau, journaliste et rédacteur en chef d’ « Intelligence Online » et Damien Van Puyvelde, professeur et directeur du Scottish center for War studies, et chercheur associé à l’IRSEM.

Seconde partie : le focus du jour

Hollywood et la CIA : communiquer avec sa population

Affiche de la série "The Americans"
Affiche de la série "The Americans"
- FX

Elizabeth et Philip Jennings ont tout des Américains parfaits dans les années 80, ils vivent dans un pavillon de banlieue avec leurs deux enfants et tiennent une agence de voyage. En pleine guerre froide, ils sont en vérité des espions du KGB, profondément infiltrés dans la société américaine. Ca c’est pour la fiction : la série The Americans, recoupe cependant de manière troublante la réalité. Diffusée de 2013 à 2018, après l'éclatement de l’affaire Anna Chapman l'espionne russe dont la couverture est tombée en 2010, et pendant que les craintes d’influence du Kremlin sur les élections de 2016 réveillent les menaces de la Guerre froide, la série a un écho particulier avec le réel. Un sentiment d’autant plus renforcé que la série s’inspire très fortement de la réalité de la CIA : le réalisateur y a travaillé, et les scénaristes ont été conseillés par l’agence de renseignements. Les liens entre CIA et fiction sont une véritable stratégie de communication en direction des citoyens américains.

Il existe une réelle stratégie d’occupation du terrain fictionnel par la CIA avec un bureau de liaison créé au milieu des années 90 pour tenter de modifier une image publique qui était très dégradée à la sortie de la guerre froide. Pauline Blistène

Avec Pauline Blistène, Docteure en philosophie, membre du projet de recherche européen DEMOSERIES.

Références sonores 

- La chaîne américaine CBS évoque des renseignements américains à propos d’une potentielle invasion de l’Ukraine par la Russie (CBS, 04 février 2022)

- Joe Biden évoque une possible invasion de l’Ukraine par la Russie (The Guardian, 19 février 2022)

- Le porte-parole du Département d’Etat Ned Price rend public les vidéos de propagande russes montrant de fausses attaques ukrainiennes (Newsweek, 08 février 2022)

- Echange tendu entre Vladimir Poutine et Segueï Narychkine, chef du service des renseignements extérieurs russe. (Le Parisien, 21 février 2022)

- Extrait de la bande-annonce américaine se la cinquième saison de la série « The American »

- Extrait de la bande-annonce de la saison 5 de « Homeland »

Références musicales

- « Bucha » de Dmytro Bobryk (autoproduit)

- « Spy City » d’Orny Ozzborn (Label : BSI Records)

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation