Quand l'art veut sauver l'UE : à Bruxelles, une peinture murale intitulée «L'avenir, c'est l'Europe» sur un bâtiment situé à l'extérieur du siège de l'UE est apparue après une réunion d'urgence entre les dirigeants européens concernant le Brexit.
Quand l'art veut sauver l'UE : à Bruxelles, une peinture murale intitulée «L'avenir, c'est l'Europe» sur un bâtiment situé à l'extérieur du siège de l'UE est apparue après une réunion d'urgence entre les dirigeants européens concernant le Brexit. ©AFP - Philippe LOPEZ / AFP
Quand l'art veut sauver l'UE : à Bruxelles, une peinture murale intitulée «L'avenir, c'est l'Europe» sur un bâtiment situé à l'extérieur du siège de l'UE est apparue après une réunion d'urgence entre les dirigeants européens concernant le Brexit. ©AFP - Philippe LOPEZ / AFP
Quand l'art veut sauver l'UE : à Bruxelles, une peinture murale intitulée «L'avenir, c'est l'Europe» sur un bâtiment situé à l'extérieur du siège de l'UE est apparue après une réunion d'urgence entre les dirigeants européens concernant le Brexit. ©AFP - Philippe LOPEZ / AFP
Publicité

"Si l’Europe était à refaire, je commencerais par la culture" affirmait le commissaire Spinelli, citant Jean Monnet. Entre une construction politique et économique à la peine et la manipulation nationaliste qui bat son plein, la culture européenne peut-elle réveiller notre conscience commune ?

Avec
  • Cécile Doustaly maîtresse de conférences en études britanniques à l'Université Cergy-Pontoise.
  • Françoise Benhamou économiste de la culture, professeure à Sorbonne Paris Nord, co-présidente du Cercle des Economistes.
  • Anne-Marie Autissier sociologue, maîtresse de conférences émérite à l’Université Paris-8.

Si Emmanuel Macron veut faire de la culture le socle d’une Europe refondée au plus près des peuples, l’actualité lui met des bâtons dans les roues. En effet, le 17 novembre dernier, la secrétaire d’Etat à la culture italienne, Lucia Borgonzoni, annonce dans le Corriere della Sera que l’accord de prêt entre les musées italiens et le Louvre pour l’organisation de l’exposition marquant les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci est contraire à « l’intérêt national ». Selon elle, l'accord devrait être rediscuté et la France ne devrait pas tirer bénéfice de la postérité de l’artiste.

Le difficile partage d'un héritage culturel commun

Au-delà des aspects politiciens de la déclaration qui s’inscrit dans la rhétorique de la Lega au pouvoir et dans le cours tumultueux des relations entre les deux pays, l’anecdote démontre bien le difficile partage d’un héritage culturel commun, mais aussi la manipulation nationaliste dont la culture fait les frais alors que les dirigeants populistes s’imposent en Europe.

Publicité

Comment participer à la construction d'une "identité européenne" ?

Alors comment favoriser des productions culturelles pour tous et partout en Europe ? Comment favoriser une culture commune aux peuples qui ne soit ni une culture d’élite ni une culture standardisée ? Quel est le rôle des acteurs publics ou privés pour promouvoir la circulation des créations artistiques ou intellectuelles ? Comment participer à la construction d'une "identité européenne" ? 

Une émission préparée par Marguerite Catton et Maïlys André.

3 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Extraits sonores :

- Extrait du discours d’Emmanuel Macron lors de l’ouverture de la Foire du livre de Francfort le 11 octobre 2017 (extrait discours officiel, 11 octobre 2017)

- Denis de Rougemont au micro de Pierre Koralnik (11 novembre 1961) 

- Extrait du discours de Viktor Orban lors de la réouverture du musée des Beaux-arts de Budapest fin octobre dernier (vidéo issue de la page facebook d’Orban, 30 octobre 2018)

- Sir Paul McCartney faisait la promotion de Liverpool, capitale européenne de la culture (clip de campagne) 

Extraits musicaux :

- « I follow the sun » des Beatles (label : EMI)

- « Photon » de Pantha du Prince & The Bell Laboratory (label : Rough Trade)

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation