Vatican : le missionnaire de la paix : épisode 4/4 du podcast Conflits armés : quand les médiateurs entrent en jeu

Le pape François rencontre le président des relations ecclésiastiques extérieures du patriarcat de Moscou au VIIe Congrès des religions mondiales, le 13/09/22
Le pape François rencontre le président des relations ecclésiastiques extérieures du patriarcat de Moscou au VIIe Congrès des religions mondiales, le 13/09/22 ©AFP - Filippo Monteforte
Le pape François rencontre le président des relations ecclésiastiques extérieures du patriarcat de Moscou au VIIe Congrès des religions mondiales, le 13/09/22 ©AFP - Filippo Monteforte
Le pape François rencontre le président des relations ecclésiastiques extérieures du patriarcat de Moscou au VIIe Congrès des religions mondiales, le 13/09/22 ©AFP - Filippo Monteforte
Publicité

Entre d'une part les silences du pape François sur l'invasion russe en Ukraine, et d'autre part l'appel à l'arrêt des combats, la guerre en Ukraine a mis à l'épreuve la traditionnelle neutralité diplomatique du Vatican, au service de la paix universelle.

Avec
  • François Mabille Chercheur en Sciences politiques au Groupe Religions, Sociétés, Laïcités au CNRS et à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes
  • Laura Pettinaroli Historienne
  • Gilles Bataillon Sociologue, spécialiste de l’Amérique latine contemporaine, directeur d’études à EHESS

Il aura donc attendu le 2 octobre pour s’adresser directement au président russe, à la manière de Jean XXIII appelant Leonid Khroutchev à l’apaisement, en octobre 1962 en pleine crise des missiles de Cuba. Le pape François avait jusque-là laissé dubitatifs certains diplomates du Saint-Siège, préférant prier pour la paix plutôt que s’adresser directement à Vladimir Poutine. Il semblait pris dans une forme de dilemme moral : se faire messager engagé de la paix dans ce cas précis pouvait mettre en danger les communautés catholiques de Russie.

Au-delà des atermoiements du Pape, quel est le rôle dans cette guerre de la diplomatie vaticane, à l’architecture complexe ? Des couloirs du Vatican aux légations, installées dans presque tous les Etats de la planète et les principales organisations internationales, la cité-Etat a constitué un réseau diplomatique immense. Depuis qu’il n’a plus de revendications territoriales, le Vatican est-il un médiateur crédible dans les conflits ?

Publicité

Pour répondre à ces questions, Julie Gacon reçoit François Mabille, chercheur au CNRS et directeur de l’observatoire politique des religions à l’IRIS et Laura Pettinaroli, historienne et directrice des études de l’école française de Rome.

"Le maillage territorial potentiel de la diplomatie vaticane dès lors que le nonce sait travailler avec les églises locales peut devenir une ressource extrêmement importante et intéressante à mobiliser pour le Vatican et pour les Etats qui entretiennent des relations avec le Vatican", analyse François Mabille.

"Les Etats développent un fort intérêt pour le Vatican particulièrement en situation de conflits. Dans l'histoire, pendant la première guerre mondiale, le Royaume-Uni dépêche un représentant à Rome pour avoir accès à une certaine richesse d'informations, et pendant la Seconde Guerre mondiale c'est au tour des Etats-Unis avec un envoyé personnel du président Roosevelt qui est envoyé à Rome", ajoute Laura Pettinaroli.

Pour aller plus loin :

Laura Pettinaroli est l'autrice du livre La politique russe du Saint-Siège publié aux éditions de l'Ecole française de Rome en 2015.

Seconde partie : le focus du jour

Au Nicaragua, l’Eglise entre médiation et oppression

Les carnidaux de la Conférence épiscopale du Nicaragua lors du dialogue national entre le gouvernement et la société civile, Managua, 16/06/18
Les carnidaux de la Conférence épiscopale du Nicaragua lors du dialogue national entre le gouvernement et la société civile, Managua, 16/06/18
© AFP - Marvin Recinos

Au Nicaragua, les tentatives de médiation initiées par le Vatican depuis le soulèvement populaire de 2018 ont poussé le président Ortega à cibler les ecclésiastiques : expulsion du nonce, fermeture des radios catholiques, arrestations d’évêques, attaques dans des églises… Dans une société où le catholicisme occupe une place essentielle et dans un pays où le catholicisme a historiquement joué un rôle très politique, comment l’Eglise est-elle passée de force médiatrice à victime de l’autoritarisme ?

Avec Gilles Bataillon, sociologue, directeur d'études à l'EHSS et spécialiste de l'Amérique latine.

"En 2018, les manifestants nicaraguayens voient l'Eglise comme une clef de voûte de l'ordre social et comme une institution qui doit avoir un rôle de médiateur", observe Gilles Bataillon.

Références sonores

  • Une rencontre avec le patriarche Kirill ( KTOTV - 03/04/22)
  • Déclaration du Cardinal Parolin sur la situation en Ukraine ( Vatican News - 24/02/22)
  • Angélus 02 octobre 2022 Pape François ( Vatican News - 02/10/22)
  • Nicaragua : en pleine crise, Daniel Ortega parade et accuse les évêques de "conspiration" ( France 24 - 20/08/18)

Références musicales

  • "Abglanz" de Pantha du Prince
  • "Peace" de Depeche Mode (2020)

Préparation de l'émission

Une émission préparée par Barthélémy Gaillard et Julie Ducos.

L'équipe