Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue français Emmanuel Macron à New York, le 9 septembre 2017
Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue français Emmanuel Macron à New York, le 9 septembre 2017
Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue français Emmanuel Macron à New York, le 9 septembre 2017 ©AFP - Kayhan Ozer
Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue français Emmanuel Macron à New York, le 9 septembre 2017 ©AFP - Kayhan Ozer
Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue français Emmanuel Macron à New York, le 9 septembre 2017 ©AFP - Kayhan Ozer
Publicité
Résumé

En première partie, nous recevrons Ibar Aïbar, grand reporter pour l'agence CAPA, de retour de Colombie. Puis dans un second temps, nous reviendrons sur les relations diplomatiques entre la Turquie et l'Union européenne alors que le président Erdogan est en visite officielle en France.

avec :

Ibar Aïbar (grand reporter pour l’agence CAPA, ancien correspondant à Bogota.), Dorothée Schmid (Chercheuse, responsable du programme Turquie contemporaine et Moyen-Orient de l'IFRI), Jean-François Bayart (professeur à l'Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID, Genève)), Marc Semo (correspondant diplomatique du Monde).

En savoir plus

"Nous voulons augmenter le nombre de nos amis et réduire celui de nos ennemis",  voilà ce que déclarait il y a quelques jours un Recep Tayyip Erdogan plus isolé que jamais sur la scène internationale, le chef de l’Etat turc a ainsi assuré vouloir « de bonnes relations avec l’Union européenne ». Un geste d’apaisement après une année marquée par des tensions qui ont culminé, on l’entendait, lors du référendum constitutionnel visant à élargir les pouvoirs du président turc en avril dernier. Les Pays-Bas et l’Allemagne avaient alors refusé la tenue de meetings sur leur sol, provoquant la colère d’Erdogan.

Alors que les purges continuent -plus de 140 000 personnes ont déjà été limogées ou suspendues, et plus de 55 000 arrêtées- la visite du président turc en France peut-elle permettre un dégel des relations avec l’Union européenne ? La Turquie pourrait-elle constituer un allié pour les occidentaux dans les négociations de paix en Syrie ? Et l’Europe a-t-elle les moyens de faire pression sur Ankara pour enrayer le cycle d’arrestations et de violations des droits humains que connait actuellement la Turquie ?

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Une émission préparée par Clémence Allezard et Samuel Bernard.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Collaboration
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration