Publicité
Résumé

Table ronde d'actualité internationale.

avec :

Saïd Haddad (maître de conférences à St-Cyr Coëtquidan et responsable de la rubrique Libye à la revue l'Année du Maghreb), Sihem Djebbi (chargée de conférence en science politique et relations internationales à l'IEP de Paris et affiliée à la faculté pontificale en théologie de l'Italie Meridionale. Spécialiste des questions de conflits et d'action humanitaire au Moyen-Orient), Hussein El Ganainy (journaliste et militant membre de Hizb al-Destouri).

En savoir plus

Le Parlement égyptien, élu en décembre, s’est réuni pour la première fois dimanche. Ce n’était pas arrivé depuis juin 2012. L’exécutif gouvernait en effet sans Assemblée depuis sa dissolution par le Conseil suprême des forces armées, le CSFA. Ce cercle de généraux a pris le pouvoir après la chute de Moubarak en février 2011. Objectif affiché : assurer la transition démocratique et organiser des élections libres. Mais depuis le coup d’Etat de l’armée en juillet 2013, qui a entrainé la destitution du président et Frère musulman Mohammed Morsi, le maréchal Al-Sissi dirige l’Egypte d’une main de fer. L’opposition islamiste mais aussi laïque a été décimée, ses leaders emprisonnés et souvent exécutés. L’armée règne désormais en maitre et le nouveau Parlement est, de l’avis de tous, la simple chambre d’enregistrement des décisions d’Al-Sissi.

Alors la parenthèse démocratique est-elle définitivement refermée ? L’Egypte d’Al-Sissi est-elle vraiment plus autoritaire, plus répressive encore que celle de Moubarak ? Et la multiplication des attentats revendiqués par l’Etat islamique dans le pays est-elle susceptible de déstabiliser le régime ? Plus largement, quel rôle ont joué et continuent à jouer les différentes armées –égyptiennes, syriennes, libyennes- dans les bouleversements politiques actuels ? Comment se positionnent-elles et quelle peut, quelle doit être leur place dans des périodes de transition ?

Publicité
Le chef de l'armée égyptienne, le général Abdel Fattah al-Sisi au Caire, 14 novembre 2013.
Le chef de l'armée égyptienne, le général Abdel Fattah al-Sisi au Caire, 14 novembre 2013.
© Reuters - Amr Dalsh

*Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny et Audrey Rameau. *

Lundi : Tunisie : exemplaire mais fragile démocratie 

Mardi : Les armées, arbitres des révolutions

Mercredi : Monarchies du golfe : le Printemps étouffé

Jeudi : Jeunesses arabes : les illusions perdues

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Clémence Allezard
Collaboration
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Production déléguée