France Culture
France Culture
Publicité

Depuis plus de 100 jours, les étudiants manifestaient au Québec contre la hausse des frais d’inscription à l’université jusqu’à ce que vendredi dernier, le gouvernement du Premier ministre Jean Charest adopte une loi prévoyant** la suspension des cours** jusqu'au mois d'août dans les universités et collèges touchés par la grève étudiante (une façon de casser ce mouvement qui dure depuis plus de trois mois).

Mais surtout, il s’agit d’une loi restreignant le droit à manifester , ce qui a suscité l’indignation et radicalisé le mouvement.

Publicité

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour qu’à Montréal et dans d’autres villes de la Province, de nouvelles manifestations s’organisent un défi lancé à la police et au gouvernement qui donne une nouvelle tournure, plus politique, à ce qu’on appelle désormais « le printemps érable », un « printemps érable » qu’on ne s’attendait pas à voir émerger dans cette partie du monde !

Comment comprendre cette irruption de colère dans une société québécoise que l’on imaginait tellement calme et pacifiste ?

On en parle ce matin, au cours de la table ronde d’actualité en partenariat avec le journal Libération, et avec nos invités :

  • Marc Semo , Grand reporter pour Liberation, responsable des pages Monde
  • Javier Varga de Luna , responsable de l’enseignement des littératures hispano-américaines à l'Université de Laval au Québec
  • Cecile Van de Velde , sociologue et maître de conférence à l'EHESS, spécialiste des mobilisations de la jeunesse, de retour de 6 mois à l'Université de Montréal.
  • Gérard Fabre , sociologue, chercheur au CNRS et enseignant à l'EHESS, auteur de "Entre Québec et Canada, le dilemme des écrivains français ( Montréal, VLB éditeur, 2012)

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Collaboration
Philippine Proux
Collaboration
Sophie Bober
Collaboration