France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Paula Vásquez Lezama Sociologue et anthropologue, chercheuse au CNRS, spécialiste du Venezuela
  • Dario Rodriguez chercheur franco-argentin, professeur à Sciences-Po Poitiers et de l’Institut d’Études Politiques de Paris, auteur d’une thèse sur la démocratie et la représentativité en Argentine.
  • Jean-Jacques Kourliandsky chercheur à l'Iris, spécialiste de l'Amérique latine et de l'Espagne et directeur de l’observatoire d’Amérique latine de la Fondation Jean Jaurès.

Deux scrutins, deux bascules politiques : au Venezuela la semaine dernière la MUD, coalition d’opposition de près d’une trentaine de partis remportait les élections législatives. Un coup dur pour Nicolas Maduro, actuel président, et pour le parti socialiste venezuélien qui perdait alors largement sa majorité parlementaire après seize ans au pouvoir et seize ans de chavisme... En Argentine, fin novembre, les élections présidentielles consacraient Mauricio Macri, l’opposant libéral au successeur de la présidente sortante Cristina Kirchner, Daniel Scioli, mettant fin à 12 ans de kirchnérisme et à près de 30 ans de vie politique dominée par le péronisme… Hugo Chavez, président de la république bolivarienne du Venezuela était le symbole du fameux « virage à gauche », survenu à l’orée du siècle en Amérique latine. Alors est-ce le signe que Venezuéliens et Argentins se sont lassés de ces grands mouvements nationalistes et révolutionnaires bâtis sur la défense des classes les plus populaires, de la justice sociale, et sur une rhétorique qualifiée bien souvent de "populiste" par leurs détracteurs ? Ont-il d'ailleurs comme ils le promettaient "rendus leur dignité aux humiliés" ? En tout cas, à quelques semaines d’intervalles en Argentine et au Venezuela : cette vieille garde politique était sanctionnée par les urnes…

Henrique Capriles, leader de la MUD, coalition d'opposition, lors d'une conférence de presse le 7 décembre 2015, à Caracas
Henrique Capriles, leader de la MUD, coalition d'opposition, lors d'une conférence de presse le 7 décembre 2015, à Caracas
© Reuters - Nacho Doce

*Une émission préparée par Clémence Allezard *

Publicité

Lundi : Venezuela – Argentine : la vieille-garde sanctionnée par les urnes.

Mardi : Guarani, Mascho Piro, Quechua : des peuples en résistance

Mercredi : De Rio à Mexico : Les ravages de la corruption

Jeudi : Une diplomatie économique en danger

L'équipe