Visite du président américain Barack Obama à Berlin pour faire ses adieux à la chancelière allemande Angela Merkel, 17 novembre 2016
Visite du président américain Barack Obama à Berlin pour faire ses adieux à la chancelière allemande Angela Merkel, 17 novembre 2016
Visite du président américain Barack Obama à Berlin pour faire ses adieux à la chancelière allemande Angela Merkel, 17 novembre 2016 ©Reuters - Fabrizio Bensch
Visite du président américain Barack Obama à Berlin pour faire ses adieux à la chancelière allemande Angela Merkel, 17 novembre 2016 ©Reuters - Fabrizio Bensch
Visite du président américain Barack Obama à Berlin pour faire ses adieux à la chancelière allemande Angela Merkel, 17 novembre 2016 ©Reuters - Fabrizio Bensch
Publicité
Résumé

Ce matin, nous recevons Isabelle Sallon grand reporter au journal Le Monde de retour de Mossoul. En seconde partie, direction l'Allemagne: après l’élection de Donald Trump et la tournée d’adieux de Barack Obama, Angela Merkel est-elle la plus encline à incarner le leader de l'Occident?

avec :

Hélène Sallon (journaliste au Monde.), Jacques Rupnik (Historien, politologue, directeur de recherche émérite au CERI/Sciences Po), Marc Semo (correspondant diplomatique du Monde), Hélène Miard-Delacroix (Professeure d'histoire et de civilisation de l'Allemagne contemporaine à Sorbonne Université).

En savoir plus

La semaine dernière, Barack Obama faisait sa tournée d’adieu à l’Europe. Et pour ce faire, il a choisi Berlin. Dans une conférence de presse commune, il a salué la partenaire « extraordinaire » qu’est Angela Merkel saluant son « sérieux » et sa « crédibilité ». Il affirmait dans une interview au Spiegel : « La chancelière et l’Allemagne forment un appui central pour la protection des principes démocratiques fondés sur la liberté et le marché qui ont assuré la prospérité et la sécurité en Europe et dans le monde ».

De quoi redonner des forces à la chancelière qui, depuis, a annoncé qu’elle se présenterait pour un quatrième mandat lors des élections fédérales de septembre prochain. La chancelière sera-t-elle suffisamment forte pour conserver les commandes de son pays qu’elle conduit depuis 2005 ?

Publicité

Et qu’en est-il au-delà de ses frontières ? Pourra-t-elle assumer ce statut de "gardienne des valeurs libérales occidentales" comme l’écrivait le New York Times ? Et en particulier dans cette Europe où elles sont régulièrement attaquées – notamment en Europe centrale (Hongrie, Pologne) ?

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny et Samuel Bernard.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration