Le campus de l'université d'Harvard, Massachussetts
Le campus de l'université d'Harvard, Massachussetts ©Reuters - Mariordo (Mario Roberto Durán Ortiz)
Le campus de l'université d'Harvard, Massachussetts ©Reuters - Mariordo (Mario Roberto Durán Ortiz)
Le campus de l'université d'Harvard, Massachussetts ©Reuters - Mariordo (Mario Roberto Durán Ortiz)
Publicité

Comment se manifeste la concurrence entre les universités ? Quel est son impact sur l'enseignement ? Quel est l'influence de ces classements - comme celui, fameux, de Shanghai - qui se multiplient ? Sont-ils réellement destinés aux étudiants ?

Avec
  • Ding Yifan Professeur titulaire de la chaire « Yiyang » à l’université des langues étrangères à Pékin, professeur invité à l'institut des études internationales de l’Université de Pékin et chercheur à l’université de Tsinghua.
  • Nathalie Vandystadt porte-parole de la Commission européenne pour l'éducation, la formation et la jeunesse
  • Christophe Charle Professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Nouvelle semaine consacrée aux universités de Pékin à Sao Paulo en passant par Johannesburg. Petit tour du monde des défis auxquels elles sont confrontées depuis la délicate question du financement jusqu’à l’université comme lieu de contestation sociale et politique. Ce matin : la bataille des universités.Les universités sont, elles aussi, dans un environnement extrêmement concurrentiel. Elles doivent s’adapter à la mondialisation et faire preuve d’inventivité pour sortir leur épingle du jeu. Chaque année il est attendu et commenté par le monde universitaire.

Depuis 2003, le classement dit « de Shanghai » établit le palmarès des 500 meilleurs établissements d'enseignement supérieur dans le monde.Un palmarès qui fait la part belle aux universités anglo-saxonnes : Harvard, Stanford, l'Institut de Technologie du Massachusetts (le MIT), Berkeley et Cambridge s'échangent régulièrement les premières places. La France, elle, n’apparaissait qu'à la 65e place dans la première version du classement, avec l'Université Pierre et Marie Curie, Paris 6, désormais classée à la 36e place.Très critiqué par beaucoup, voire carrément méprisé (surtout lorsqu’il nous est défavorable), on se félicite pourtant lorsqu’on y progresse ! Quoiqu’il en soit, le classement de Shanghai continue de faire référence, dans un milieu universitaire où la compétition s'intensifie à l'échelle mondiale et où la compétitivité devient le maître-mot.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Au-delà de ce classement : comment se manifeste cette concurrence entre les universités ? Quel est son impact sur l'enseignement ? Quelle est l'influence de ces classements qui se multiplient ? Sont-ils réellement destinés aux étudiants ?Nous irons en Chine : chaque année l’empire du milieu parvient à faire progresser ses universités dans le classement de Shanghai. Nous essaierons de comprendre la raison de ce succès.Puis, nous évoquerons le cas de l’Europe qui essaye de mettre en place un classement alternatif, avec d’autres critères (et peut être d’autres objectifs) : U-Multirank.

Une émission préparée par Sofia Anastasio et Audrey Rameau

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Charles Le Gargasson
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Clémence Allezard
Collaboration
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Production déléguée