France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Après les révolutions tunisienne, égyptienne et libyenne, on pensait que le printemps arabe franchirait le désert et qu’il ferait tomber les plus anciens dictateurs africains : Paul Biya , Président du Cameroun depuis presque 30 ans (6ème mandat!) ; Yoweri Museweni , réélu le 18 février 2011, à la tête de l'Ouganda depuis 1986 ; Robert Mugabé au Zimbabwe, Premier Ministre en 1980 puis régulièrement élu Président depuis ; ou encore Joseph Kabila qui a pris la succession de son père, Laurent Désirée Kabila, en 2001 devenant le chef de la République démocratique du Congo.

Tous ont pourtant résisté au vent de liberté qui a touché l’Afrique du Nord.

Publicité

On parle de cette Afrique subsaharienne qui ne parvient pas à se défaire de ses régimes aux longévités record;

Alors pourquoi les révolutions d’arabes ne se sont pas étendues au-delà des frontières du désert ?

Comment expliquer que l’Afrique subsaharienne n’ait pas vu tomber ses dictateurs – alors même que la corruption et les inégalités y sont pourtant très fortes ? Quel est l’état des contestations sociales aujourd’hui ? Des révolutions sont-elles raisonnablement à attendre ?

- Cédric ** Kal** o **nji, ** journaliste à Jeune Afrique

- Daniel ** ** Compagnon , professeur en sciences politiques à l’Université de Bordeaux, auteur d’un ouvrage sur le Zimbabwe, The Predictible tragedy , publié en 2011 aux Presses de l’université de Pennsylvanie

  • Jean-Bruno Tagne , journaliste au quotidien camerounais Le jour
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Lucile Commeaux
Collaboration
Philippine Proux
Collaboration
Sophie Bober
Collaboration