Un homme monte l'escalier à l'intérieur du musée national du Kenya de Nairobi
Un homme monte l'escalier à l'intérieur du musée national du Kenya de Nairobi
Un homme monte l'escalier à l'intérieur du musée national du Kenya de Nairobi ©Reuters - Antony Njuguna
Un homme monte l'escalier à l'intérieur du musée national du Kenya de Nairobi ©Reuters - Antony Njuguna
Un homme monte l'escalier à l'intérieur du musée national du Kenya de Nairobi ©Reuters - Antony Njuguna
Publicité
Résumé

Ethiopie, Kenya, Etats-Unis: les musées y font l'objet de tractations entre différentes communautés. Ce matin, nous partons dans ces pays dont l'histoire mémorielle et les politiques patrimoniales se construisent de façon plurielles.

avec :

Chloé Josse-Durand (docteure en science politique Les Afriques dans le Monde (LAM) - Institut d'Etudes Politiques de Bordeaux. Ses recherches portent sur les usages politiques du patrimoine et notamment sur les "musées communautaires" est-africains.), Malick Ndiaye (historien de l’art chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop (Sénégal), et de l’IFAN (Institut fondamental d’Afrique noire) au Département musées, conservateur du musée Théodore Monod d’art africain.), Sarah Fila-Bakabadio (Maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.).

En savoir plus

Le 24 septembre dernier, à Washington, Barack Obama inaugurait le musée national de l’histoire et de la culture afro-américaine. En présence de celui qui avait autorisé le lancement du projet : George W Bush. Ce musée est le premier à être dédié uniquement la communauté afro-américaine « l’Anacostia community museum ». Créé en 1967, il se consacre à plusieurs minorités – dont l’afro-américaine.

Un peu partout dans le monde, les musées sont des espaces dans lesquels s’écrivent les récits nationaux, mais où, aussi, celle-ci peut être remise en cause. Celui de Washington est un exemple. Il s’agit ici de mieux reconnaître l’histoire de la communauté afro-américaine et son apport dans la construction de la nation et donc, de « pluraliser » le Récit National.

Publicité

Ici, en France, dès la fin des années 1970, l’historien Pierre Nora notait que « l’histoire s’écrit désormais sous la pression des mémoires collectives », et que ces mémoires cherchent à « compenser le déracinement historique du social et l’angoisse de l’avenir par la valorisation d’un passé qui n’était pas jusque-là vécu comme tel ». Pour l’historien français, membre de l’Académie : « u_n lieu de mémoire va de l'objet le plus matériel et concret, éventuellement géographiquement situé, à l'objet le plus abstrait et intellectuellement construit._ »

Parmi ces objets de mémoire : le musée ! Un espace par lequel on conserve et on expose la mémoire, mais aussi où se jouent des luttes de pouvoirs, des luttes pour la reconnaissance de droits.

Quels sont les usages politiques de la patrimonialisation ? Et quelles formes prennent-elles ? Que ce soit en Ethiopie ou au Kenya : quelles sont les instrumentalisations qui sont à l’œuvre autour des musées ? Et que nous disent-elles de l’évolution de ces pays et de ces sociétés ?

Une émission préparée par Clémence Allezard.

Musiques:

I’m a black man in a white world – Mickael Kiwanuka

YOUSSOU N’DOUR – Jeegel Nu (forgiveness)

Nicolas Repac – Betty Loop

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration