Publicité
En savoir plus
Carine Chavarochette
Carine Chavarochette
© Radio France

Dernier volet de notre série sur les grands pèlerinages dans le monde: après le bouddhisme tibétain à Lhassa, l’islam à Mecque, l’Hindouisme en Inde, nous nous arrêtons sur un pèlerinage majeur du catholicisme: Notre-Dame de Guadalupe, à Mexico.

Un chiffre: 20 millions, c’est le nombre de pèlerins qui visitent le sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe tous les ans en faisant ainsi le deuxième lieu le plus visité du monde catholique, après la basilique Saint-Pierre, à Rome.

Publicité

Tous les ans le 12 décembre, des millions de pèlerins convergent vers la colline du Tepeyac, dans le nord de Mexico, où cette vierge serait apparue à un indien en 1531. Selon la légende, elle s’adressa à un indigène - Juan Diego - en nahuatl , sa langue, la langue des anciens aztèques. Les anthropologues et les historiens ont montré que, bien avant l’apparition de la vierge de Guadalupe, les Aztèques venaient en procession sur la même colline pour adorer la déesse Tonantzin.

Au Mexique, l’importance de ce pèlerinage dépasse de très loin sa seule dimension religieuse. Ce que l’on fête le 12 décembre, c’est en quelque sorte un acte fondateur de l’identité nationale du pays: tout comme les Mexicains, la vierge de Guadalupe a la peau brune. D’ailleurs, aujourd’hui, cette figure fédère bien au-delà des seules frontières du Mexique. Les migrants latinos aux Etats-Unis lui vouent une dévotion particulière. La vierge est aussi très populaire en Amérique centrale (mais également à Paris, on le verra ce matin).

Comment comprendre cette ferveur? Que nous dit ce pèlerinage sur l’identité mexicaine, et bien au-delà, sur l’identité de l’Amérique latine dans son ensemble?

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Antoine Dhulster
Collaboration
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Production déléguée
Pauline Blistène
Collaboration