De Bogota à Lima : poser les armes, panser les âmes : épisode 4/4 du podcast Vivre en temps de guerre

Un combattant des FARC dans le camp de San Vicente del Caguan, dans la province de Caqueta, Colombie, le 29 avril 2000.
Un combattant des FARC dans le camp de San Vicente del Caguan, dans la province de Caqueta, Colombie, le 29 avril 2000. ©Reuters - Jose Miguel Gomez
Un combattant des FARC dans le camp de San Vicente del Caguan, dans la province de Caqueta, Colombie, le 29 avril 2000. ©Reuters - Jose Miguel Gomez
Un combattant des FARC dans le camp de San Vicente del Caguan, dans la province de Caqueta, Colombie, le 29 avril 2000. ©Reuters - Jose Miguel Gomez
Publicité

En rendant leurs armes à l'ONU ce mardi 20 juin, les FARC entamaient la dernière étape de leur désarmement. Comment envisager la réinsertion de ces anciens guérilleros dans la vie civile ? La Colombie peut-elle enfin croire en une paix totale après plus d'un demi-siècle de conflits armés ?

Avec
  • Dorothée Delacroix Anthropologue, chercheure associée au Centre de Recherche et de Documentation sur les Amériques de la Sorbonne (CEDRA). Spécialiste du post-conflit et des politiques mémorielles au Pérou.
  • Claudia Giron Ortiz Psychologue et professeure à l'Université de Javeriana, sur le thème de l'éducation pour la paix.
  • Olga Gonzalez Sociologue colombienne, chercheure associée à l’Université Paris Diderot, elle a travaillé sur la violence et les migrations en Amérique latine ainsi que sur les minorités sexuelles et les questions de genre.
  • Daniel Pécaut Directeur d'études à l'EHESS, spécialiste reconnu de la Colombie, à laquelle il a consacré de nombreux ouvrages, en français et en espagnol.

Cette semaine, les FARC ont entamé la dernière phase de leur désarmement. Après un demi-siècle de conflit, les guérilleros sont en train de rendre leurs armes.

Bien que retardée, cette étape décisive pour la paix est en marche : "Le désarmement est une réalité, tout comme les progrès pour consolider la paix avec les Farc et donner aux Colombiens beaucoup plus de tranquillité d'esprit" a affirmé en début de semaine le président Colombien Juan Manuel Santos.

Publicité

Près de 6.000 guérilleros se sont déjà rendues dans les zones prévues à cet effet, le tout sous contrôle de la mission de l’ONU.

L’accord entre le gouvernement et les FARC - paraphé au Théâtre Colon de Bogota – va-t-il pouvoir se déployer sans heurts jusqu’au bout pour conduire l’ensemble de la société vers une paix tant attendue ?

Quelles sont les difficultés auxquelles il faudra encore faire face ? Et d’ailleurs, que prévoyait précisément cet accord – sur le plan du désarmement, de la justice, de la restitution des terres, de l’intégration des FARC dans le paysage politique ?

Il y a quelques jours, le pays a été frappé par un attentant dans un centre commercial de Bogota. Faut-il craindre un retour de la violence malgré la bonne volonté des deux camps ? On le sait, ce conflit a des racines multiples.

Alors : le problème de la violence pourra-t-il se régler en se contentant de mettre un terme à l’action militaire des FARC ? Ne risque-t-elle pas de de réémerger - sous d’autres formes ?

Une émission préparée par Clémence Allezard.

L'équipe