Publicité
En savoir plus
Olivier Chopin
Olivier Chopin
© Radio France

A partir de 2007, des révélations d’anciens agents de la CIA ont permis de mettre à jour un immense programme de transferts de prisonniers totalement illégal connu sous le nom « d’extraordinary rendition ». Le procédé était semble-t-il toujours le même: un individu soupçonné d’être trop proche des réseaux jihadistes, était arrêté par des agents de la CIA puis transféré dans des pays tiers pour y être interrogés. Les principales destinations de ces prisonniers: le Pakistan, la Tunisie (pré Ben Ali), ou encore la Somalie, mais encore des pays de l’Union européenne: la Roumanie, l’Italie et même la Pologne.

Selon un rapport de l’organisation Open Society Justice Initiative publié le 5 février dernier, 54 pays auraient collaboré avec la CIA dans son programme de détention secrète après les attentats du 11 septembre. Autant de pays qui auraient aidé à la capture de suspects, à leurs déplacements, ainsi qu'à leurs détentions dans des prisons gardées secrètes. Que sait-on de ces prisons secrètes? Comment les transferts de pays à pays ont-ils été rendus possibles? Quelles furent les méthodes d’interrogations utilisées? Peut-on justifier l’utilité de ce programme au nom de la lutte anti-terroriste? Et d’ailleurs a-t-il été seulement efficace?

Publicité

Nous profiterons de cette thématique pour aborder d'autres prisons secrètes comme par exemple: les camps ou « goulags » nord-coréens dont on ne sait pas grand-chose… jusqu’à ce que quelqu’un s’en échappe.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Antoine Dhulster
Collaboration
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Production déléguée
Pauline Blistène
Collaboration