France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Odile Perrot chercheure associée au Centre Montesquieu de Recherches Politiques de l’Université de Bordeaux, consule honoraire du Kosovo.
  • Michel Svetchine ancien directeur général de la Banque Centrale de Pristina (2005-2008), chargé de la supervision financière au sein de la MINUK.
  • Albin Kurti leader du mouvement Vetëvendosje! (pour l’autodétermination du Kosovo, contre l’ingérence étrangère), député à l’Assemblée nationale du Kosovo.

Le 17 février 2008, le Kosovo déclarait son indépendance unilatéralement. Placé sous administration internationale depuis l’intervention de 1999 , intervention qui mit fin à la guerre avec la Serbie, ce jeune Etat peine encore à faire valoir sa légitimité sur la scène internationale. Malgré tous les efforts diplomatiques déployés pour convaincre de sa légitimité, cinq pays de l’UE n’ont toujours pas reconnu son indépendance. « Défaillant », « failli », « faible » : les qualificatifs abondent pour pointer du doigt cet Etat dont la construction a été accompagnée par l’ONU et l’UE.

Sur le terrain, les problèmes sont en effet nombreux : tensions entre la minorité serbe – 10% de la population – et la majorité albanaise – 90% de la population, chômage structurel – 45% de la population, criminalité, corruption, délégitimation des classes politiques…

Publicité

Pourtant, le Kosovo tient le coup et la démocratisation semble en bonne voie. En témoignent les dernières élections législatives – juin 2014 – qui ont vu la victoire du parti du premier ministre Hashim Thaçi, malgré un recul de son parti le PDK (Parti Démocratique du Kosovo) avec seulement 33% des voix. Faits notables : la faible participation de la minorité serbe, et la poussée du mouvement « Vetvendosje » (« autodétermination » en Albanais), hostile à la présence étrangère et favorable à un rapprochement avec l’Albanie – nous aurons son leader Albin Kurti par téléphone.

Quel sont les véritables défis – politiques et économiques – que le Kosovo devra relever dans les années qui viennent? Pristina réussira-t-elle – à terme - à imposer son autorité sur tout le territoire kosovar ? Qui gouverne réellement au Kosovo ?

L'équipe