De Thoreau à Miyazaki : un imaginaire forestier réinventé : épisode • 4/4 du podcast Promenons-nous dans les bois

La forêt de Kampinos en Pologne, très fréquentée par les visiteurs
La forêt de Kampinos en Pologne, très fréquentée par les visiteurs
La forêt de Kampinos en Pologne, très fréquentée par les visiteurs
La forêt de Kampinos en Pologne, très fréquentée par les visiteurs
Publicité

Les mythes, le cinéma, la littérature... la forêt est une source de récits et d'imaginaire pour les peuples qui la côtoient. Comment les hommes à différents endroits dans le monde perçoivent-ils et représentent-ils l'univers forestier ?

Avec

« Je rêve d’un peuple qui commencerait par brûler les clôtures et laisser croître les forêts. » écrivait Henry David Thoreau dans son essai Walking  (De la marche en français) publié pour la première fois en 1862 dans la revue The Atlantic Monthly. L’auteur de Walden ou la vie dans les bois et de la Désobéissance civile, considéré comme un précurseur de la foresterie et de l’écologie moderne, a largement contribué à cet imaginaire de la forêt comme refuge, lieu de repli idéal pour fuir une société vécue comme un instrument d’oppression. La forêt est le lieu de l’introspection, du retour à soi et du recueillement mais elle est également un espace de loisir, dernier carré de liberté et de rêverie pour des citadins coupés de la vie sauvage dans les grandes villes bétonnées.

Entre Princesse Mononoké de Miyazaki qui s’est inspiré de la forêt de Yakushima au Japon et le bois légendaire du Roi des Aulnes de Michel Tournier, cette mythologie de la forêt a été abondamment relayée par le cinéma et la littérature. Dernier exemple en date : Le Bois dont les rêves sont faits, le dernier film de Claire Simon sorti dans les salles en avril. La documentariste est allée à la rencontre des sans-abri, des prostituées et des promeneurs du bois de Vincennes pour tenter de percer les mystères de cette grande forêt périurbaine extrêmement fréquentée.

Publicité

Comme elle, nous allons partir en promenade, parcourir ensemble la forêt de Fontainebleau, le parc national de Kampinos en Pologne, la taïga, ou encore les mangroves tropicales. La forêt est-elle un nouveau refuge pour les marginaux, les rêveurs, les sportifs ou les promeneurs dans les grandes villes occidentales ? La relation à la forêt est-elle la même en France, en Pologne ou au Danemark ?

Quelles sont les forêts remarquables ? Quels sont les arbres dits « remarquables » ? Comment - et pourquoi - les considérons-nous comme tels ? Qu’est-ce que ces choix nous disent des différences de perceptions et de représentation entre les cultures ? Et comment nos fantasmes et nos projections sur la forêt, lieu de danger et de magie ont-ils évolué au cours des siècles ?

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny

L'équipe