Aerial view shows the destruction caused by a forest fire at a palm oil plantation in Rokan Hulu, Riau province, Sumatra, Indonesia September 2, 2016. Picture taken September 2, 2016.  ©Reuters
Aerial view shows the destruction caused by a forest fire at a palm oil plantation in Rokan Hulu, Riau province, Sumatra, Indonesia September 2, 2016. Picture taken September 2, 2016. ©Reuters
Aerial view shows the destruction caused by a forest fire at a palm oil plantation in Rokan Hulu, Riau province, Sumatra, Indonesia September 2, 2016. Picture taken September 2, 2016. ©Reuters
Publicité
Résumé

Aujourd'hui, nous nous intéresserons au débat qui divise les écologistes autour de la question du modèle à adopter face à la dégradation de l'environnement. Si certains prônent une croissance verte, d'autres considèrent que l'unique solution demeure la décroissance...

avec :

Fabrice Flipo (professeur de philosophie, membre du Laboratoire du Changement Social et Politique (Université Paris Diderot) et enseignant-chercheur en Grande Ecole à Institut Mines-Télécom), Benjamin Coriat (Économiste, professeur émérite de sciences économiques à l’Université Paris XIII et membre du CA du collectif des Économistes Atterrés), Flaminia Paddeu (maitresse de conférences en géographie à l’Université de Paris 13-Villetaneuse, membre du laboratoire PLEIADE, co-fondatrice et membre du comité scientifique et éditorial de la revue en ligne d’études urbaines Urbanités).

En savoir plus

Si, aujourd’hui, il existe un consensus autour de la nécessité de changer notre économie afin de préserver l’environnement et d’assurer la survie de nos enfants ; il demeure pourtant des débats extrêmement rugueux sur la manière de s’y prendre: « verdir l’économie », réorienter très progressivement l'économie sans lui imposer de trop fortes contraintes aux acteurs économiques ou carrément rompre avec le modèle existant et engager une véritable révolution économique sur les sentiers de la décroissance.

A moins de trois mois de la COP22, qui se tiendra cette année au Maroc, et alors que les deux plus gros pollueurs, la Chine et les Etats-Unis, viennent de ratifier l’Accord de Paris sur le climat, le débat reste vif au sein des écologistes entre les partisans d’une croissance verte et les militants de la décroissance… Les uns et les autres s’accordent sur une nécessité : celle de trouver une alternative à un modèle basé sur la surconsommation des ressources naturelles et la dégradation de l’environnement…

Publicité

Mais les réponses, elles, diffèrent… Les premiers veulent passer d’une énergie à une autre, pour être clair du charbon et du pétrole à l’éolien et à l’hydraulique, et cette transition, assurent-ils, doit permettre de relancer une croissance économique atone. Les seconds estiment que l’objectif de limiter la hausse de la température à 2°C ne sera jamais atteint si on maintient le système actuel, néolibéral et capitaliste...

Alors, faut-il simplement réformer notre modèle ou y’a-t-il urgence à le transformer en profondeur ?... La démondialisation promue par les « objecteurs de croissance » n’est-elle qu’une utopie ? Peut encore sauver la planète sans amorcer la décroissance ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration