Des membres du gang Barrio 18 participent au programme de réinsertion Yo Cambio, en février 2017.
Des membres du gang Barrio 18 participent au programme de réinsertion Yo Cambio, en février 2017.
Des membres du gang Barrio 18 participent au programme de réinsertion Yo Cambio, en février 2017.  ©Reuters - Jose Cabezas
Des membres du gang Barrio 18 participent au programme de réinsertion Yo Cambio, en février 2017. ©Reuters - Jose Cabezas
Des membres du gang Barrio 18 participent au programme de réinsertion Yo Cambio, en février 2017. ©Reuters - Jose Cabezas
Publicité
Résumé

Au Salvador comme au Nicaragua, les gangs demeurent un réel problème de société et de sécurité. Quel rôle jouent-ils vraiment dans la violence endémique qui sévit en Amérique centrale depuis des décennies ? Quelles conditions faudrait-il réunir pour négocier leur démobilisation définitive?

avec :

Dennis Rodgers (Professeur en études du développement à l’Université d’Amsterdam), Adèle Blazquez (Doctorante à l’EHESS, spécialiste de la violence et les relations de pouvoir dans le Sinaloa, au Mexique.).

En savoir plus

Un peu partout en Amérique centrale, les gangs se développent: criminalité chronique, pauvreté extrême, corruption généralisée, incertitude économique et politique, autant d’éléments par lesquels la violence s’est installée à des niveaux atteints nulle part ailleurs.

Au Salvador par exemple, l’un des pays qui connait le plus fort taux d’homicides au monde, les jours sans assassinats sont à marquer d’une pierre blanche. En moyenne, ce sont près de quinze personnes qui sont tués chaque jour dans ce petit pays d’Amérique centrale. Ce qui est sept fois plus important qu’en France pour une population dix fois moins nombreuse.

Publicité

Dans un sondage effectué en 2015 au Nicaragua cette fois, la peur des pandillas, ces bandes de jeunes, apparaissaient comme la deuxième préoccupation de la population. Une menace réelle qui peut-être amplifiée et instrumentalisée par des médias à la recherche de récits sensationnels et des gouvernements prompts à criminaliser ces groupes de jeunes désocialisés.

Alors quelles responsabilités pour ces gangs - et pour les Etats - dans la violence endémique qui sévit en Amérique centrale ? Quels sont leurs liens avec le narcotrafic ? Et comment la drogue a-t-elle transformé leur mode d’action et d’organisation ?

Nous nous intéresserons à toute l’Amérique centrale, mais en particulier au Nicaragua, mais également au Mexique -même s’il ne fait pas partie, stricto sensu, de l’Amérique centrale- qui tient une place importante pour comprendre comment se structure cette violence des gangs et leur rapport au trafic de drogue.

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny.