France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Matthieu Brun Directeur scientifique de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (FARM) et chercheur associé à Sciences Po Bordeaux
  • Jean-Jacques Gabas chercheur au CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement)
  • Marie-Hélène Schwoob Chargée de recherche et coordination de projet - Programme Agriculture et Alimentation, IDDRI (Institut du développement durable des relations internationales)

L’alimentation sera un enjeu central du XXIe siècle. Or, la responsabilité de la Chine en la matière est énorme puisqu’il s’agit pour ce seul pays de nourrir 20% de la population mondiale avec seulement 7% des terres arables (à peine 12% de la surface totale du pays). La Chine est ultra-dépendante des importations, notamment en soja et en maïs. On comprend dans ce contexte combien l’agriculture est, aujourd’hui, au cœur de la stratégie d’Etat chinoise. Cette politique inclut notamment l’internationalisation de leurs entreprises agroalimentaires et l’accaparement de terres à l’étranger.

La presse illustre régulièrement ce phénomène dont on dénonce parfois le caractère prédateur, comme si la Chine prévoyait, à terme, d’externaliser sa production dans les champs de ses voisins.

Publicité

La Chine va-t-elle racheter le monde? Comment comprendre la stratégie chinoise en matière de politique agricole?

Nous retrouvons tout d'abord Jean-Jacques Gabas qui nous montre, qu’en Afrique, la présence chinoise est en effet très visible, mais qu’elle nourrit également beaucoup de clichés. On se méprend souvent sur les intentions des chinois en Afrique qui n’ont pas forcément la volonté de voler les ressources naturelles africaines pour les réimporter afin de nourrir la population chinoise.

Les investisseurs sont souvent simplement des hommes d’affaires, presque des « aventuriers » en recherche de nouveaux marchés à conquérir.

En revanche, l’accaparement des terres est un phénomène très pratiquée par d’autres acteurs qui s’inquiètent de leur autosuffisance alimentaire : les pays du Golfe, Qatar et Arabie Saoudite en tête. Effectivement, pour préserver leur avenir, pour garantir la paix sociale, ils achètent les terres que leur désert ne leur offre pas afin de nourrir leurs populations.

L'équipe