Une cargaison de compléments alimentaires délivrés par le Programme Alimentaire des Nations Unies (PAM) à Thonyor, au Sud Soudan (27 février 2017)
Une cargaison de compléments alimentaires délivrés par le Programme Alimentaire des Nations Unies (PAM) à Thonyor, au Sud Soudan (27 février 2017) ©Reuters - Siegfried Modola
Une cargaison de compléments alimentaires délivrés par le Programme Alimentaire des Nations Unies (PAM) à Thonyor, au Sud Soudan (27 février 2017) ©Reuters - Siegfried Modola
Une cargaison de compléments alimentaires délivrés par le Programme Alimentaire des Nations Unies (PAM) à Thonyor, au Sud Soudan (27 février 2017) ©Reuters - Siegfried Modola
Publicité

Face aux problématiques d'accès et de détournement de l'aide humanitaire par les organisations armées sur place, les acteurs humanitaires peuvent-ils ou doivent-ils aider toutes les zones en détresse? Quelles sont ses limites et dans quelle mesure l'aide humanitaire peut-être une fausse solution?

Avec
  • Lucile Grosjean porte-parole d'Action contre la Faim
  • Michaël Neuman directeur d’études au Centre de réflexion sur l'action et les savoirs humanitaires de Médecins Sans Frontières.
  • Philippe Ryfman Professeur et chercheur associé honoraire à l’Université Paris I Panthéon. Egalement avocat, spécialisé dans le domaine du droit humanitaire international.

L’appel du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres qui s’exprimait le 22 février dernier, n’est pas sans rappeler les problématiques auxquelles peuvent faire face les humanitaires sur le terrain. Ici celui de l’accès aux populations en détresses qui, bien souvent, souffrent d’insécurité alimentaire à cause de l’isolement provoqué par le conflit en cours.

Sur place, les acteurs humanitaires sont confrontés à de nombreux obstacles, politiques ou sécuritaires. Preuve que le financement n’est qu’une condition nécessaire, mais non suffisante au sauvetage des populations.

Publicité

Quelles sont les limites de l’action humanitaire en matière de lutte contre l’insécurité alimentaire ? Les humanitaires peuvent-ils ou doivent-ils apporter leur aide quelques soient les conditions des conflits ?

Dans quelles mesures peuvent-ils constituer un facteur de renforcement des logiques de conflit, de militarisation ? Pis, l’aide alimentaire serait-elle une fausse solution qui empêcherait le développement des pays concernés ?

Nous évoquerons également la question de la sécurité. Ces dernières années, le secteur de la sécurité s’est considérablement renforcé dans les dispositifs de réponses humanitaires. Comment le comprendre et quels en sont les effets ? Comment concilier la nécessité de protéger les acteurs humanitaires avec celle d’un accès direct au terrain ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Charles Le Gargasson
Réalisation
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration