Un jardin urbain à Caracas au Venezuela, 27 juin 2016 ©Reuters - Mariana Bazo
Un jardin urbain à Caracas au Venezuela, 27 juin 2016 ©Reuters - Mariana Bazo
Un jardin urbain à Caracas au Venezuela, 27 juin 2016 ©Reuters - Mariana Bazo
Publicité
Résumé

Comment suppléer à l’agriculture intensive et industrielle ? Faut-il chercher du côté du végétarisme, de l’agro-écologie ? Ces réponses peuvent-elles relever les défis du XXIe siècle, à savoir, nourrir l’humanité et bien ?

avec :

Bruno Parmentier (Ingénieur et économiste, ancien directeur de l’Ecole d’agronomie d’Angers, consultant spécialisé dans les questions agricoles et alimentaires), Catherine Esnouf (ingénieure des ponts des eaux et forêts, directrice scientifique adjointe « alimentation » à l’INRA, elle s’intéresse particulièrement aux questions de durabilité de l’alimentation et aux pratiques alimentaires.), Marta Soler (Professeure d’économie appliquée à l’Université Séville a notamment étudié le programme d’agriculture urbaine de la ville de Rosario en Argentine.), Abdellah Laouina (Titulaire de la chaire UNESCO-GN en gestion de l’environnement et du développement durable, professeur à l’Université Mohammed V de Rabat.).

En savoir plus

Compte-tenu des défis posés par la protection de l’environnement mais aussi par les exigences de plus en plus fortes des consommateurs en termes de santé, nourrir le monde s’avère un défi de plus en plus difficile. Inquiétudes autour des OGM, une demande produits bio qui explose, la diminution des niveaux de consommations d’aliments carnés, le soutien à l’agriculture locale ; autant d’éléments qui rebattent les cartes de notre agriculture contemporaine...

Il y a quelques jours, la FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a rendu son dernier rapport sur la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture « Pour éliminer la faim et la pauvreté d’ici à 2030 tout en s’attaquant à la menace que constitue le changement climatique, une transformation profonde des systèmes alimentaires et agricoles sera nécessaire partout dans le monde » y expliquent ses auteurs. Mais quelles transformations précisément ? A quoi pourraient ressembler nos champs demain ?

Publicité

Serons-nous condamnés à changer nos régimes alimentaires ? Faudra-t-il qu’on cesse de manger de la viande ? L’élevage comptant pour pratiquement 15% des émissions de GES. Faudra-t-il tous se mettre au Bio ? Ou même cultiver dans nos villes ? La population mondiale étant désormais majoritaire dans les zones urbaines ...

Pourra-t-on échapper à l’agriculture intensive et à la course au rendement – malgré l’urgence de changer de modèle afin de préserver l’environnement et de limiter le dérèglement climatique !? Est-il possible de « manger tous et bien » ?

Une émission préparée par Clémence Allezard.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration