Employé de la Croix-Rouge à Koidu en Sierra Leone, décembre 2014. ©Reuters - Baz Ratner
Employé de la Croix-Rouge à Koidu en Sierra Leone, décembre 2014. ©Reuters - Baz Ratner
Employé de la Croix-Rouge à Koidu en Sierra Leone, décembre 2014. ©Reuters - Baz Ratner
Publicité
Résumé

Malgré les annonces successives de la fin de l’épidémie d’Ebola, deux nouveaux cas ont été détectés en Sierra Leone ce mois-ci. Quelles leçons peut-on tirer de la prise en charge des malades, notamment par les ONG ?

avec :

Elisabeth Vilain (laborantine, volontaire de Solidarité internationale, elle travaille pour l’ONG Afia Santé à Isiro, dans le nord-est de la RDC), Michel Van Herp (épidémiologiste chez Médecins sans frontièresM), Alain Epelboin (médecin et anthropologue au CNRS / Museum national d'histoire naturelle.).

En savoir plus

La Sierra Leone avait pourtant annoncé mi-janvier l’arrêt des chaines de transmission de la maladie. Mais, on le sait désormais, le virus peut être réactivé chez des sujets qui l’abritent jusqu’à 9 mois après la contamination. La Guinée et le Libéria, très durement touchés par Ebola, ont également annoncé la fin de l’épidémie, aucun nouveau cas signalé pour l’heure dans ces deux pays mais le risque de voir surgir de nouvelles flambées d’infections subsiste toujours.

Une surveillance renforcée a donc été mise en place, plus de deux ans après la réapparition de la maladie dans les forêts de l’est de la Guinée, en décembre 2013. Rappelons que le virus a tué plus de 11 300 personnes en Afrique de l’Ouest, dont 535 professionnels de santé. La lutte contre l’épidémie a constitué un chantier de premier plan pour les ONG et notamment pour Médecins sans frontières, qui a accueilli plus de 10 000 patients dans ses centres de traitement. Alors que l’épidémie approche de sa fin, quelles leçons peut-on tirer de la prise en charge des malades, notamment par les ONG ? Quels sont aujourd’hui les défis de la reconstruction dans ces pays où les systèmes de santé ont quasiment été réduits à néant ? Les conséquences économiques et sociales pourraient-elles être plus graves encore que le virus lui-même ? 

Publicité
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée