Troncs coupés de bois de rose à Madagascar (avril 2014) ©Reuters - Joe Penney
Troncs coupés de bois de rose à Madagascar (avril 2014) ©Reuters - Joe Penney
Troncs coupés de bois de rose à Madagascar (avril 2014) ©Reuters - Joe Penney
Publicité
Résumé

La criminalité environnementale n'a jamais rapporté autant aux organisations criminelles. Mais dans le même temps, il n'existe pas de cour internationale environnementale, ni même de définition claire de l'écocrime. Comment la justice internationale peut-elle s'adapter pour répondre à ces lacunes ?

avec :

Georg Jaster (responsable juridique au sein de l’association environnementale la plus active de Madagascar, l’Alliance Voahary Gasy), Julien Bouissou (correpondant du Monde en Inde), Laurent Neyret (juriste, agrégé en droit privé et sciences criminelles, professeur à l'université de Versailles Saint-quentin.).

En savoir plus

Le Kenya a été le théâtre samedi dernier de la plus grande cérémonie de destruction d’ivoire par le feu jamais organisée sur le continent. Onze bûchers de 10 000 défenses ont été dressés et 105 tonnes d’ivoire sont parties en fumée, soit 5% du stock mondial. Un geste fort adressé aux braconniers du monde entier, responsables de la mort de 30 000 éléphants chaque année en Afrique. Une preuve parmi d’autres que les crimes environnementaux, parfois aussi appelés « écocides », font l’objet d’une prise de conscience croissante auprès du grand public, mais aussi auprès des Etats et des entreprises.

La Journée mondiale de l’environnement qui aura lieu le 5 juin prochain, sera consacrée cette année au commerce illégal des espèces sauvages. Mais les écocides peuvent recouvrir d’autres choses : le trafic de déchets, l’exploitation minière, la pollution industrielle, etc. Des crimes et des délits qui représenteraient des dizaines de milliards de profits chaque année, mais pour lesquels les peines, elles, restent extrêmement rares.

Publicité

Pourquoi est-il si difficile de faire appliquer le droit environnemental ? La justice climatique n’est-elle qu’un vœu pieu ? Comment défendre au niveau international les victimes des grandes pollutions industrielles ? Faut-il créer une cour spécifique pour les crimes environnementaux ?

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Tiphaine de Rocquigny
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Clémence Allezard
Collaboration
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Production déléguée