Publicité
En savoir plus
Susan Perry, Camille Froidevaux-Metterie, Nathalie Caron et Hélène Quanquin à l'American University.
Susan Perry, Camille Froidevaux-Metterie, Nathalie Caron et Hélène Quanquin à l'American University.
© Radio France

Aujourd’hui, les femmes constituent 52% de la population et même 53% de l’électorat américain. C’est le plus gros corps électoral du pays devant les latinos. Elles seront donc décisives. En 2008, Obama avait été élu avec 56% d’électeurs qui étaient des électrices. Qu’en sera-t-il cette fois-ci? Les candidats savent pertinemment que leur vote sera décisif.

*"Le fils d'une mère seule, heureux père de deux filles, le président Obama sait que les femmes sont payées 77 centimes contre un dollar pour les hommes pour faire le même travail. Et cela n'est pas seulement injuste, ça fait du mal aux familles.", * dit la voix off d’un spot de campagne pour le président sortant, qui fait la promotion d’une loi sur l’égalité salariale facilitant l'engagement de procédures judiciaires lorsque des salariés sont victimes de discriminations basées sur le sexe. Mais Mitt Romney n’est pas en reste ! « Ma chère fille - dit une mère à son bébé –, bienvenue en Amérique. Ta part de la dette produite par Obama est de 50.000$, et elle continue d’augmenter. La politique du président en faveur des femmes ne fait qu’aggraver leur situation .» Voilà la réponse du côté républicain…

Publicité

Ce n’est pas tout à fait un hasard si les conseillers des deux candidats ciblent directement les femmes. Il s’agit de les encourager à aller voter. Comment les questions féminines (ce que l’on appelle les « women issues » aux Etats-Unies) ont-elles pesé dans la campagne? Et quelles furent les grandes figures féminines de cette campagne?

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Antoine Dhulster
Collaboration
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Production déléguée
Pauline Blistène
Collaboration