France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Il y a deux semaines, Luc Oursel, le patron d’AREVA se rendait à Niamey pour tenter de mettre fin aux négociations entre le groupe français et les autorités nigériennes concernant les conditions d’exploitation de l’uranium au Nord du Niger. Si le groupe français bénéficie depuis toujours d’un statut privilégié sur place, Mahamadou Issoufou semble bien décidé à augmenter considérablement la fiscalité à laquelle AREVA a échappé jusque là.

Les négociations qui se présentent dans un moment qui n’est ni opportun pour le groupe qui fait face à la crise et la chute sans précédent des cours de l’uranium, ni pour le président africain qui a besoin de renflouer les caisses de son pays, risquent de durer encore plusieurs semaines.

Publicité

Le groupe présent au Niger depuis les années 1960 n’est-il pas en train de perdre son monopole sur le territoire africain ? N’est-ce pas là une remise en cause du monopole de la présence française sur place ? Le groupe fait-il face aux concurrences des pays émergents comme la Chine ou la Russie ?

Pour en parler, nous recevons ce matin : journaliste, spécialisé dans les matières premières et des pays émergents.

Direction ensuite la Mongolie avec Antoine Maire, où le secteur minier et l’uranium sont en train de bousculer l’échiquier politique asiatique.

Enfin, nous nous intéressons ensuite au Brésil et à l’Iran avec Bruno Muxagato pour cerner les liens existant entre les deux pays sur la question de l’approvisionnement en uranium. Nous constatons ainsi dans quel mesure l’uranium et son exploitation est aujourd’hui un des enjeux de la coopération Sud/Sud.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Antoine Dhulster
Collaboration
Salomé Viaud
Collaboration
Christophe Payet
Production déléguée