"Ipranium Bromide" de Damien Hirst, à la vente de Christie's à Londres, le 6 février
"Ipranium Bromide" de Damien Hirst, à la vente de Christie's à Londres, le 6 février ©Reuters - Suzanne Plunkett
"Ipranium Bromide" de Damien Hirst, à la vente de Christie's à Londres, le 6 février ©Reuters - Suzanne Plunkett
"Ipranium Bromide" de Damien Hirst, à la vente de Christie's à Londres, le 6 février ©Reuters - Suzanne Plunkett
Publicité

Comment les artistes issus du mouvement des "Young British Artist" de la fin des années 1980 se sont-ils imposés comme les leaders de l'art contemporain ? Leur génie est-il aussi, celui, d'avoir su se mouler aux exigences du libéralisme, eux, les "enfants du thatchérisme"?

Avec
  • Karen Knorr Photographe britannique, lauréate du Prix Pilar Citoler en 2011
  • Marion Duquerroy Historienne de l’art à l’Université Paris 1, spécialiste de la scène artistique contemporaine britannique.
  • Catherine Bernard Professeur de littérature britannique et d'histoire de l'art UFR d'Études anglophones Université Paris Diderot
  • Mat Collishaw Artiste britannique, son œuvre Freeze est aussi le nom de la toute première exposition des Young British Artists, organisée par Damien Hirst en 1988.

La question n’est pas neuve: l’argent dénature-t-il l’art ? L’art contemporain est-il une imposture ?

Ce questionnement nous mène assez naturellement à l’art contemporain britannique. En 1988, Hirst - alors étudiant aux Beaux-arts - organise l’exposition « Freeze » dans un entrepôt londonien. Elle marquera l’acte de naissance d’un mouvement qui va bouleverser l’art contemporain : les Young British Artists.

Publicité

Un mouvement qui va se mouler aux exigences des politiques libérales, à l’inverse de ses aines qui, eux, dénonçaient les conséquences désastreuses du libéralisme thatchérien.

L’art comptera désormais des artistes mais aussi des hommes d’affaires; et quels hommes d’affaires! Ce n’est autre que Charles Saatchi fameux marchand d’art et publicitaire – celui-là même qui avait propulsé Thatcher 10 ans plus tôt au pouvoir en orchestrant d’une main de maître sa campagne de communication – qui sera à l’origine de la révolution.

En effet, en 88, en visionnaire qu’il est, il sent que ces jeunes artistes volontairement sensationnalistes, ces enfants du thatchérisme qui avancent hors des sentiers battus des institutions publiques vont faire imploser le système et le marché de l’art.

Saatchi décide donc – après avoir exposé Andy Warhol ou Anselm Kiefer - de délaisser les américains et les allemands pour tout miser sur les britanniques. C’est le début de la gloire pour Hirst et les autres, et le début d’une nouvelle ère de l’art contemporain.

Mais qui étaient vraiment ces artistes? Que reste-t-il de ce groupe ? Les Young british artists ont-ils déposé les premières pierres à l’édifice d’un empire financier de l’art ? Comment un groupe de jeunes artistes a pu imposer, il y a près de 30 ans, l’art britannique sur la scène mondiale ?

Une émission préparée par Clémence Allezard.

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Charles Le Gargasson
Réalisation
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration