Capture d'écran du jeu engagé "Fiscal Combat" mettant en scène Jean-Luc Mélenchon détroussant Christine Lagarde, François Fillon ou encore Jérome Cahuzac.
Capture d'écran du jeu engagé "Fiscal Combat" mettant en scène Jean-Luc Mélenchon détroussant Christine Lagarde, François Fillon ou encore Jérome Cahuzac.
Capture d'écran du jeu engagé "Fiscal Combat" mettant en scène Jean-Luc Mélenchon détroussant Christine Lagarde, François Fillon ou encore Jérome Cahuzac.
Capture d'écran du jeu engagé "Fiscal Combat" mettant en scène Jean-Luc Mélenchon détroussant Christine Lagarde, François Fillon ou encore Jérome Cahuzac.
Capture d'écran du jeu engagé "Fiscal Combat" mettant en scène Jean-Luc Mélenchon détroussant Christine Lagarde, François Fillon ou encore Jérome Cahuzac.
Publicité
Résumé

Les jeux vidéo ont longtemps été l'apanage des grandes productions ayant pour but de toucher et de divertir un très large public. Et si le jeu vidéo n'avait pas seulement pour but de divertir ? Que sont ces "serious games" qui visent à enseigner, mais aussi à sensibiliser le public?

avec :

Katharine O’Neil (conceptrice de jeu vidéo, docteure en “game design”, auteure d’Escape From Woomera (2003)), Julian Alvarez (concepteur de Serious Games), Pierre Romera (directeur général et co-fondateur de Journalism++, une agence de journalisme de données, enseignant à l'École de Journalisme de Science Po).

En savoir plus

Si les « Serious Games », « jeux sérieux » en français, ne sont pas nouveaux, les perspectives du marché mondial du Serious Game sont très encourageantes.

En effet, plusieurs études indiquent qu’il devrait connaitre un taux de croissance annuel de plus de 15% dans les prochaines années. Un récent rapport du cabinet Market&Market évoque même une croissance de 16% d’ici à 2020 – avec un chiffre d’affaire total qui atteindra alors plus de 5 milliards d’euros, d’autres rapports sont encore plus optimistes.

Publicité

S’ils touchent à de nombreux domaines, c’est dans celui de l’éducation qu’il s’impose progressivement. les enseignants sont de plus en plus nombreux à les intégrer dans leur pratique pédagogique.

Comment comprendre cet engouement pour le Serious Game ? En quoi peut-il aider dans les processus d’apprentissage ? Quels sont les effets réels de son utilisation et son potentiel pédagogique ? Et d’ailleurs : qu’appelle-on précisément « Serious Game » ?

Au-delà de l’école, les Serious Games progressent dans tout le champ de l’information. On les a vu se multiplier ces derniers mois, en particulier autour des récentes campagnes, la présidentielle en France, mais aussi aux Etats-Unis. Outre-Atlantique, le Washington Post avait développé une parodie du jeu mobile Flappy Bird avec Donald trump et Hillary Clinton.

Ici en France, on se souvient du jeu dont Jean-Luc Mélenchon était le héros et dans lequel le candidat poursuivait les récalcitrants à l’impôt, les détroussant pour participer à l’effort national et au rééquilibrage de la redistribution des richesses. Le président Macron avait, lui aussi, eu le droit à son jeu vidéo pour smartphone – « En marche vers l’Elysée ».

Quels sont les effets de ce type de jeux ? Dans quelle mesure permettent-ils de diffuser des idées politiques ? Ou, plus généralement, de sensibiliser l’opinion sur les défis de nos démocraties en crise ?

Une émission préparée par Clémence Allezard

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration