TJ Lane, un étudiant de 17 ans, sortant d'un tribunal pour mineurs après avoir reconnu qu'il avait ouvert le feu sur d'autres étudiants choisis au hasard. 28 février 2012, Ohio, USA.
TJ Lane, un étudiant de 17 ans, sortant d'un tribunal pour mineurs après avoir reconnu qu'il avait ouvert le feu sur d'autres étudiants choisis au hasard. 28 février 2012, Ohio, USA. ©Reuters - Aaron Josefczyk
TJ Lane, un étudiant de 17 ans, sortant d'un tribunal pour mineurs après avoir reconnu qu'il avait ouvert le feu sur d'autres étudiants choisis au hasard. 28 février 2012, Ohio, USA. ©Reuters - Aaron Josefczyk
TJ Lane, un étudiant de 17 ans, sortant d'un tribunal pour mineurs après avoir reconnu qu'il avait ouvert le feu sur d'autres étudiants choisis au hasard. 28 février 2012, Ohio, USA. ©Reuters - Aaron Josefczyk
Publicité

Etats-Unis, Europe: de la justice pour enfants à la justice pénale juvénile, les enfants ont longtemps bénéficié de systèmes juridiques spécifiques les distinguant des adultes. Un modèle que les inflexions sécuritaires des dernières décennies ont progressivement remis en cause.

Avec
  • Jean Zarmetten Ex-président du comité de défense des droits de l’enfance de l’ONU et fondateur de l’institut international des droits de l’enfant.
  • Benoit Van Keirsbilck directeur de la section belge, mais aussi du bureau international de l’ONG DEI (Defense des enfants international).
  • Francis Baillot professeur émérite, directeur de recherche au CNRS. Ses travaux portent sur les pratiques institutionnelles de régulation et de contraintes sociales vis à vis des mineurs.

Des USA à la France, les mineurs font l’objet d’un traitement judicaire spécifique, en tout cas devraient. Pourtant, depuis quelques années, il semblerait que l’on se dirige progressivement vers l’atténuation de cette différence, le régime spécifique de justice pour les mineurs se rapprochant, de plus en plus, vers le régime des adultes. En France, la récente suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs en est l’un des exemples.

De plus en plus, on semble faire porter la responsabilité du glissement vers la délinquance de la société vers les mineurs eux-mêmes. Que révèle cette évolution ? Comment s’illustre-t-elle ? Et quelles en sont les racines ?

Publicité

Si le droit des enfants tend de plus en plus vers celui de leurs aînés. L’idée selon laquelle ils devraient pouvoir bénéficier d’une protection spécifique existe depuis longtemps y compris dans les normes internationales. En effet, plus de 10 ans après la Déclaration universelle des droits de l’Homme, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptaient la première Déclaration des droits de l’enfant en 1959. 30 ans plus tard, en 1989, une Convention relative aux droits de l’enfant était adoptée, le texte étant en grande partie inspirée par les idées de cette grande figure de la médecine pédiatrique : Janusz Korczak, également connu pour avoir délibérément choisi d’être déporté en 1942 à Treblinka avec des enfants juifs du ghetto de Varsovie dont il s’occupait dans un orphelinat.

Que prévoit cette Convention ? Quelles conséquences sur le droit international ? Mais aussi sur la « réalité du terrain » ? Comment les législations nationales s’en sont retrouvée modifiées ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Pour aller plus loin avec Francis Baillot:

https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=DS_333_0255&DocId=55184&hits=11+10+

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Charles Le Gargasson
Réalisation
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration