Des musulmans kirghizes en train de prier lors de l'Aïd el-Feitr, la fête marquant la fin du Ramadan, face au parlement à Bishkek , capitale du Kirghizstan, le  10 septembre 2010.
Des musulmans kirghizes en train de prier lors de l'Aïd el-Feitr, la fête marquant la fin du Ramadan, face au parlement à Bishkek , capitale du Kirghizstan, le  10 septembre 2010. ©Reuters - Vladimir Pirogov
Des musulmans kirghizes en train de prier lors de l'Aïd el-Feitr, la fête marquant la fin du Ramadan, face au parlement à Bishkek , capitale du Kirghizstan, le 10 septembre 2010. ©Reuters - Vladimir Pirogov
Des musulmans kirghizes en train de prier lors de l'Aïd el-Feitr, la fête marquant la fin du Ramadan, face au parlement à Bishkek , capitale du Kirghizstan, le 10 septembre 2010. ©Reuters - Vladimir Pirogov
Publicité

A la chute de l'URSS, les chefs d'Etat d'Asie Centrale souhaitent marquer une rupture avec l'ancien régime soviétique en réhabilitant l'islam. Dans quelle mesure ce renouveau religieux reste contrôlé par l'Etat? Quelles sont les influences extérieures qui participent de cette recomposition?

Avec
  • Thierry Zarcone chercheur au CNRS
  • David Gaüzere Spécialise du Kirghizistan, rattaché à l’université Bordeaux IV et membre associé de l’Institut de recherche Montesquieu
  • Bayram Balci Directeur de l'Institut français d'études anatoliennes à Istanbul

Il existe un point commun entre l’attentat à l’aéroport d’Istanbul en juin dernier, celui qui a touché une discothèque la nuit du réveillon dans cette même ville et l’attentat suicide à l’ambassade chinoise au kirgiztan en août dernier : les auteurs provenaient tous de pays d'Asie Centrale. Un élément qui tendrait à montrer qu’il existe, en Asie centrale, des cellules terroristes islamistes capables d’organiser et de planifier des attentats à l’étranger.

Rien d’étonnant lorsque l’on sait que les combattants kazakhs, kirghizs, ouzbeks ou turkmènes constituent le troisième contingent de l’organisation de l’Etat Islamique en Syrie et en Irak.

Publicité

Quelle est la réalité du risque djihadiste dans ces pays ? Quelles menaces représentent-elles et comment ces anciennes républiques soviétiques s’organisent pour les combattre ? Leurs dirigeants n’en profitent-ils pas pour justifier la répression de leurs opposants politiques ?

Et au-delà que la question terroriste, comment, aujourd’hui, la dimension religieuse joue-t-elle dans la recomposition des identités nationales ?

Une émission préparée par Juliette Gadot.

MUSIQUE DE FIN : chant chamanique Baxshi d’Asie Centrale collecté par Sylvie Lasserre.

http://sylvielasserre.blog.lemonde.fr/author/sylvielasserre/

L'équipe