Le Brésil accueille « sa » Coupe du monde (4/4) - Economie : le modèle régional marque le pas

France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Lena Levinas professeur à l’institut d’économie de l’UFRJ (Université fédérale de Rio de Janeiro).
  • Renato Fragelli Cardoso économiste à la Fondaçao Getulio Vargas à Rio.
  • Pedro Da Motta Veiga économiste du think tank CINDES à Rio.

Lors d’une interview avec quelques journalistes étrangers, la présidente Dilma Rousseff a déclaré qu’elle ne s’expliquait pas les raisons de la faible croissance du pays : « On ne peut pas expliquer pourquoi la croissance du Brésil n’est pas plus rapide… Toutes les conditions sont réunies non seulement pour une croissance, mais pour une croissance rapide », disait-elle. Force est de constater que, après plusieurs années de forte croissance, l’économie s’est considérablement ralentie : à peine 2% en moyenne annuelle depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2011. Pis, on parle d’une quasi stagnation pour le premier trimestre 2014 !

Face à ce constat, de nombreuses voix s’élèvent pour dire que la mauvaise conjoncture mondiale n’est pas suffisante pour expliquer ces difficultés, et que le Brésil a un besoin urgent de réformes structurelles. Depuis plusieurs années, on nous explique que le Brésil est un modèle de développement économique et social formidable, qu’il a permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté, qu’il a permis de faire émerger une classe moyenne la fameuse « classe C » qui représente un peu près de 100 millions de personnes (près de 55% de la population) ce qui est vrai ! Mais voilà que ce miracle brésilien serait achevé... Le modèle aurait-il atteint ses propres limites?

Publicité

Comment comprendre cet essoufflement de l’économie brésilienne ? Est-il parti pour durer ? Quel bilan peut-on dresser de la politique économique du PT ? Quelles réformes serait-il urgent d’engager ? Au-delà de la conjoncture, le système de redistribution mis en place par le PT immobilise-t-il le développement du pays ?

L'équipe