Publicité
En savoir plus

Nous allons parler ce matin de la **difficulté de produire et de diffuser des films dans des régimes autoritaires… **

Que ce soit en Chine, en Corée du Nord ou en Syrie, des systèmes de censure sont plus ou moins clairement établis : listes de sujets qu’il est très explicitement interdits d’aborder en Chine, commissions de « sélections de scenarii » en Syrie…

Publicité

Face à cette restriction de la liberté d’expression, à côté du cinéma « de masse », d’autres espaces se créent dans l’industrie cinématographique. La question de la réception et de la diffusion demeure toutefois centrale : ces films « engagés », contestataires, ont bien de mal à trouver un écho dans les populations locales !

Nous parlons ici du « cinéma politique » : « politique » en ce qu’il s’agit** d’un cinéma qui fait état du monde, de la société, de ses dérives, des rapports de pouvoirs, de domination** .

En Chine, en Corée du Nord, en Syrie, quels sont les films qui « dérangent » dans ces régimes totalitaires ? Pour quelles raisons ?

Comment fonctionnent les régimes de restrictions, les processus de censure dans l’industrie cinématographique de ces pays ? Comment les cinéastes y font-ils face ? Comment produit-on des films dans de tel contexte ?

On en parle ce matin avec :

  • Damien Paccellieri , directeur des « Ecrans éditions », spécialisée dans le cinéma asiatique
  • Patrick Maurus, professeur à l’INALCO, spécialiste de la Corée du Nord, il dirige le Centre de recherches indépendantes sur la Corée (CRIC)
  • Meyar Al-Roumi , réalisateur syrien
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Lucile Commeaux
Collaboration
Philippine Proux
Collaboration
Sophie Bober
Collaboration