Fuite de Noqai, arriere petit fils de Gengis Khan mort en 1299. Cavaliers mongols. Manuscrit Perse peint "Somme des histoires (Djame al-tavarikh)" (Folio 155v), ecrit par Rachid al-Din Fazl-ollah
Fuite de Noqai, arriere petit fils de Gengis Khan mort en 1299. Cavaliers mongols. Manuscrit Perse peint "Somme des histoires (Djame al-tavarikh)" (Folio 155v), ecrit par Rachid al-Din Fazl-ollah ©AFP
Fuite de Noqai, arriere petit fils de Gengis Khan mort en 1299. Cavaliers mongols. Manuscrit Perse peint "Somme des histoires (Djame al-tavarikh)" (Folio 155v), ecrit par Rachid al-Din Fazl-ollah ©AFP
Fuite de Noqai, arriere petit fils de Gengis Khan mort en 1299. Cavaliers mongols. Manuscrit Perse peint "Somme des histoires (Djame al-tavarikh)" (Folio 155v), ecrit par Rachid al-Din Fazl-ollah ©AFP
Publicité

Quel regard les Occidentaux posent-ils sur l'Asie Centrale, cette région assez méconnue et souvent fantasmée? Quel rapport la Russie entretient-elle avec cette zone? Dans quelle mesure peut-on parler d'un orientalisme russe? Comment s'illustre t-il?

Avec
  • Cloé Drieu Chargée de recherche au CNRS.
  • Catherine Poujol historienne et professeur à l'INALCO, spécialiste de l'Asie Centrale.
  • Svetlana Gorshenina historienne de l’art, maitresse de conférence associée au Collège de France.

« L’Asie centrale » : une zone géographique qui illustre parfaitement les implications de cette vision analysée dans l’ouvrage de référence d’Edward Saïd : « l’Orientalisme. L’orient créé par l’Occident ». Pourtant, si ce texte a constitué l’un des livres fondateurs des études post-coloniales, en particulier dans le monde anglo-saxon, l’Asie centrale n’y tient pas une place majeure. Pourtant, la région semble avoir fait l’objet de moult fantasmes - et depuis longtemps.

« Asie centrale », « Turkestan », le nom donné, à la fin du XIXe siècle, par les grands Empires , ou encore « Transoxiane », un terme utilisé pendant l’antiquité pour évoquer les territoires situés au-delà de l’Oxus – l’actuel Amou-Daria —Un fleuve qui prend naissance dans les montagnes du Pamir pour se jeter dans la Mer d’Aral—. Des expressions qui ont varié au cours du temps et qui nous éclairent sur le regard que le monde a porté sur cette Terre du milieu, celui de l’Occident, mais aussi celui de la Russie, car il existe également un orientalisme russe.

Publicité

Alors comment la Russie a-t-elle fabriquée sa propre vision de l’Orient ? En quoi diffère-t-elle de celle construite par l’Occident ? L’Asie centrale n’est-elle qu’un concept, une invention ? Existe-t-il un orientalisme propre à l’Asie centrale, une Asie centrale "fabriquée" par l’Occident ? Que révèle-t-il, enfin, des ambitions de domination des puissances extérieures ?

Une émission préparée par Clémence Allezard

Pour aller plus loin, les sites personnels de nos invitées, Svetlana Gorshenina et Cloé Drieu.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Affiche du film Tahir i Zuhra de Nabi Ganiev, père fondateur du cinéma ouzbek.
Affiche du film Tahir i Zuhra de Nabi Ganiev, père fondateur du cinéma ouzbek.
- Nabi Ganiev, DR

Une émission préparée par Clémence Allezard

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Charles Le Gargasson
Réalisation
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration