France Culture
France Culture
Publicité

A première vue, « guerre » et « sport » paraissent parfaitement opposés, définitivement irréconciliables. Le sport est synonyme de valeurs, de règles, d’éthique, de justice, d’égalité, de paix; alors que la guerre, elle, est le théâtre de toutes les violences, de la barbarie, le lieu où s’expriment l’inhumanité dans toute sa terreur. Et pourtant, à y regarder de plus près, il se pourrait que, ce qui se joue sur les champs de batailles et dans les affrontements sportifs ne soient pas si éloignés.

De nombreuses analogies permettent de rapprocher la pratique sportive et la pratique guerrière, tant au plan individuel qu’au niveau collectif. D’ailleurs les commentaires sportifs regorgent de métaphores guerrières. « A un certain niveau, le sport n'a plus rien à voir avec le fair-play. Il met en jeu la haine, la jalousie, la forfanterie, le mépris de toutes les règles et le plaisir sadique que procure le spectacle de la violence : en d'autres termes, ce n'est plus qu'une guerre sans coups de feu. » écrivait George Orwell, en décembre 1945, dans le journal britannique *Tibune * à propos de la tournée du Dynamo de Moscou en Grande-Bretagne qui permit aux joueurs soviétiques de se mesurer aux sportifs britannique.

Publicité

Le sport est-il une guerre? La guerre est-elle un sport? En quoi les deux activités – guerrière et sportive – sont-elles comparables? Que partagent-elles? Et quelles sont les limites de la comparaison?

Pour répondre à ces questions, direction la Jordanie où, l’année dernière, s’est tenue la « Warrior competition »: des soldats d’élites du monde entier s’y étaient retrouvés (comme chaque année depuis 5 ans maintenant) pour se mesurer les uns aux autres dans un immense centre d’entrainement, le King Abdullah II Special Operations Training Center. Mais, nous regardons également du côté du cinéma américain et de la place qu'y tiennent l'entraînement sportif des militaires depuis la fin de la guerre du Vietnam.

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Antoine Dhulster
Collaboration
Salomé Viaud
Collaboration
Christophe Payet
Production déléguée