Un soldat pakistanais à la "porte de l'amitié" à Chaman, au Pakistan, un des seuls points de passage avec l'Afghanistan (fermé depuis début mai), le 7 mars 2017
Un soldat pakistanais à la "porte de l'amitié" à Chaman, au Pakistan, un des seuls points de passage avec l'Afghanistan (fermé depuis début mai), le 7 mars 2017
Un soldat pakistanais à la "porte de l'amitié" à Chaman, au Pakistan, un des seuls points de passage avec l'Afghanistan (fermé depuis début mai), le 7 mars 2017 ©Reuters - Saeed Ali Achakzai
Un soldat pakistanais à la "porte de l'amitié" à Chaman, au Pakistan, un des seuls points de passage avec l'Afghanistan (fermé depuis début mai), le 7 mars 2017 ©Reuters - Saeed Ali Achakzai
Un soldat pakistanais à la "porte de l'amitié" à Chaman, au Pakistan, un des seuls points de passage avec l'Afghanistan (fermé depuis début mai), le 7 mars 2017 ©Reuters - Saeed Ali Achakzai
Publicité
Résumé

Des affrontements à la frontière afghano-pakistanaise de Chaman ont fait au moins neuf morts et des dizaines de blessés début mai, ravivant des tensions dans une région au climat déjà tendu. Comment ce différend frontalier entretient-il la conflictualité entre les deux pays depuis des décennies?

avec :

Gilles Dorronsoro (Professeur de science politique à l'Université Paris I et membre sénior de l'Institut universitaire de France, spécialiste de l’Afghanistan et de la Turquie), Georges Lefeuvre (anthropologue spécialiste de l'Afghanistan et du Pakistan, ancien diplomate, consultant directeur de "Af-Pak Reserach").

En savoir plus

La semaine dernière, la frontière Afghano-pakistanaise a fait reparler d’elle. En effet, des militaires pakistanais ont affirmé y avoir tué une cinquantaine de soldats afghans lors d’échanges de tirs à proximité d’un poste-frontière.

Cet événement est une nouvelle manifestation des tensions qui règnent entre les deux pays et qui se cristallisent sur les 2.400km de la « ligne Durand ». Une frontière dont le nom renvoie au colonel britannique, Henry Mortimer Durand, diplomate et représentant de l’Empire britanniques, qui, en 1893, se mit d’accord sur le tracé séparant l’empire des Indes du voisin afghan avec son émir de l’époque.

Publicité

Si cette démarcation reste intangible pour le Pakistan, l’Afghanistan, lui, refuse de la reconnaître, revendiquant une emprise sur l’ensemble du territoire pachtoune situé de part et d’autre de cette frontière.

En conséquence, ce territoire a longtemps été le lit de trafics, de conflits multiples, mais aussi le lieu d’émergence, bien sûr, du djihad global d’Al Qaeda. En effet, ce n’est pas un hasard si, dans les années 1980, Oussama Ben Ladden décide d’implanter sa base (Al Qaeda) dans cette région frontalière.

Nous allons tenter de comprendre comment ce différend frontalier a joué dans les conflictualités durant tout le XXème siècle. Nous essaierons de saisir ce qu’il nous dit des logiques d’affrontements qui sont toujours à l’œuvre aujourd’hui ?

Comment ce différend frontalier a-t-il empoisonné les relations entre l’Afghanistan et le Pakistan ? En quoi a-t-elle entretenu la violence dans la région ? Et dans quelle mesure la Ligne Durand est-elle responsable de l’échec des politiques de lutte contre le terrorisme islamiste ? Quels sont les espoirs de voir cette « ligne de guerres » se transformer en une « ligne de Paix » ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration