France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Gilles Fumey Professeur de géographie culturelle, chercheur à l’unité mixte de recherche du CNRS-Sorbonne « Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe »
  • Hugues Henry journaliste, auteur du livre « Carrément frites » (Renaissance du Livre, 2012), créateur du site frites.be, et « friteur » autoproclamé.
  • Anne-Laure Follie responsable marketing international chez Tyrrells.
Gilles Fumey
Gilles Fumey
© Radio France

La Pomme de terre fait partie des ces denrées qui ont conquis le monde. Partie du Pérou et rapportée par les conquistadors au XVIèmesiècle, elle s’est progressivement imposée au cours du XVIIème et surtout du XVIIIème siècle dans l’ensemble de l’Europe, l’Espagne, l’Allemagne, puis la France, la Grande-Bretagne. Puis, plus tard encore, c’est l’Asie que l’a faite sienne. Même l’Afrique cultive et consomme aujourd’hui le tubercule sacré.

Il n’y a pas un pays où elle ne trouverait pas sa place. Que ce soit sous forme de purée, de gâteau, de frites ou encore de chips: la pomme de terre est partout et sous des formes très diverses. Le règne de la patate est bel et bien là, la civilisation de la pomme de terre s’est étendue sur les cinq continents.

Publicité

Nous allons nous intéresser ce matin à l’infinité des préparations possibles pour ces pommes de terre, à sa consommation.

Comment comprendre cette véritable passion des hommes qui rivalisent d’imagination pour inventer toujours de nouvelles spécialités culinaires à base de pomme de terre? Comment l’industrie surfe-t-elle sur la vague de la patate? Notamment l’industrie de la chips, qui décline la lamelle de patate sous tous les goûts pour séduire le plus grand nombre?

Puis nous tenterons de percer l’un des plus grands mystères de l’humanité: celui de l’origine de la frite. Hughes Henry, journaliste, friteur autoproclamé nous aidera dans cette mission. Des dizaines de millions de tonnes de frites sont consommées chaque année, que ce soit dans les baraques à frites de Namur ou dans les fastfood de New York c’est « l’un des meilleurs ambassadeurs de l’hypermodernité alimentaire » !

L'équipe