Publicité
En savoir plus

Depuis le début du conflit en Syrie, plusieurs journalistes ont perdu la vie : les Français Gilles Jacquier (prix Albert Londres 2003) et Rémi Ochlik, l'Américaine Marie Colvin, un cameraman libanais Ali Chaabane (tué à la frontière syrienne)… comme Walid Blidi, journaliste britannique d'origine algérienne ou encore Rami al-Sayyed : Un citoyen journaliste salué comme "l'œil de la révolution" par l'opposition syrienne)…

Il est vrai que le tribut payé par les journalistes a été particulièrement lourd en Syrie.

Publicité

Nous parlons aujourd’hui de la difficulté d’informer en Syrie, de la difficulté à garantir la sécurité des reporters, de la difficulté à accéder et à produire de l’information, mais aussi de la difficulté de garantir une information sûre, vérifiable, objective.

Comment produit-on de l’information en Syrie ? Quelles sont les obstacles à la diffusion de d’information la plus « objective » possible ?

Comment y voir clair dans cette Syrie en pleine insurrection généralisée ?

On en parle avec:

Jean-Marie Charon , sociologue et chercheur au CNRS, spécialiste des médias

Michel Moutot , grand reporter et correspondant pour l'AFP, lauréat du Prix Albert Londres en 1999

Luc Matthieu , grand reporter à Libération, SR, candidat au prix Albert Londres presse écrite.

Nicolas Hénin , SR, grand reporter au Point, correspondant en Ethiopie, candidat au prix Albert Londres presse écrite et audiovisuel avec *Syrie : voyage au pays de la terreur, * Arte, 2011.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Collaboration
Philippine Proux
Collaboration
Sophie Bober
Collaboration