Publicité
En savoir plus

Le 1er janvier 2005, l’accord international qui régissait la filière textile depuis une trentaine d’années a été modifié. Il avait été instauré pour protéger les industries du Nord face à l’ouverture progressive des marchés aux produits textiles des pays du Sud, beaucoup plus compétitifs en raison du faible coût de leur main d’œuvre.Désormais, les importateurs peuvent choisir librement leurs fournisseurs.

La Chine reste le premier exportateur de vêtement au monde, mais on observe déjà des délocalisations dues à l’augmentation du prix de la production. Aujourd’hui, de nouveaux pays, dans lesquels la main d’œuvre est encore moins chère, font leur apparition dans le secteur textile.

Publicité

Quels sont ces nouveaux acteurs ? Comment évolue la condition de la main-d’œuvre ouvrière dans le textile dans ces régions ?****

On en parle ce matin avec :

- Jean Ruffier, sociologue et économiste, chargé de recherche au CNRS, directeur du Centre franco-chinois de recherches en Gestion à l'Université Jean Moulin Lyon 3 , auteur de Faut-il avoir peur des usines chinoises ? , « Compétitivité et pérennité de "l'atelier du monde" », L’Harmattan, 2006

- Syed Tashfin Chowdhury , correspondant Bangladesh pour le Asia times Online , par téléphone de Dhaka (Bangladesh)

  • Sébastien Le-Belzic , correspondant de Radio France à Pékin, qui évoquera la situation au Cambodge
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Lucile Commeaux
Collaboration
Philippine Proux
Collaboration
Sophie Bober
Collaboration