Un mineur artisanal portant un sac de sédiments dans la région du Kivu en République Démocratique du Congo (RDC)
Un mineur artisanal portant un sac de sédiments dans la région du Kivu en République Démocratique du Congo (RDC)
Un mineur artisanal portant un sac de sédiments dans la région du Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) ©Reuters - Kenny Katombe
Un mineur artisanal portant un sac de sédiments dans la région du Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) ©Reuters - Kenny Katombe
Un mineur artisanal portant un sac de sédiments dans la région du Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) ©Reuters - Kenny Katombe
Publicité
Résumé

On a souvent parlé ces dernières années des « minerais du conflit » ou « minerais de sang » issus de la République démocratique du Congo. Quels sont ces métaux rares dont l’extraction provoque des situations de violences et de conflits depuis de longues années?

avec :

Apoli Bertrand Kameni (Docteur en science politique à l’université de Strasbourg.), Jean-Marie Martin-Amouroux (Economiste, ancien directeur de recherche au CNRS. Secrétaire du projet de l'Encyclopédie de l'énergie.), Colette Braeckman (Grand reporter belge au journal Le soir).

En savoir plus

En juillet 2010, le Congrès américain adoptait la loi Dodd-Franck, se donnant pour objectif d'obliger les entreprises américaines à certifier l’origine des minerais qu’elles importent. Une loi jugée peu efficace et même contre-productive par certains observateurs. Donald Trump a d’ailleurs annoncé son intention de la suspendre par décret pour une durée de deux ans alors que le Parlement européen avance, quant à lui, vers une réglementation plus contraignante, censée entrer en vigueur en 2021.

Quels sont les liens entre extraction minières et conflits ? Comment enrayer le cycle de violence qui accompagne de façon presque systématique l’exploitation des minerais dans les pays africains, à tel point que l’on a pu parler de « malédiction des ressources » sur le continent ?

Publicité

Les législations américaines ou européennes mises en place pour renforcer la transparence des multinationales sont-elles suffisantes ? Et que pourraient ou devraient faire les Etats dont les ressources attirent les convoitises des entreprises étrangères ?

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration