People cross a street ©Reuters - Bobby Yip
People cross a street ©Reuters - Bobby Yip
People cross a street ©Reuters - Bobby Yip
Publicité
Résumé

Pour ouvrir cette semaine sur les minorités, nous partons outre-manche, au Royaume-Uni. Souvent louée pour sa bonne gestion des populations émigrées la Grande-Bretagne voit aujourd'hui son modèle fragilisé, en particulier suite à la campagne et au vote pour le Brexit.

avec :

François Rocher (professeur titulaire à l'Ecole d'études politiques de l'Université d'Ottawa.), Olivier Esteves (professeur des universités, anime un séminaire sur 'la mémoire de King' à Sciences-Po Lille.), Maryam Namazie (militante féministe, porte-parole de "One Law For All" au Royaume-Uni.).

En savoir plus

Ces dernières semaines, les violences à l’égard des migrants – et en particulier des Polonais – ont régulièrement fait la Une des journaux, laissant apparaître, une fois encore, la crise du multiculturalisme que traverse la Grande Bretagne.

En 2011 déjà, dans le sillage de la chancelière allemande, le premier ministre David Cameron reconnaissait l’échec du modèle multiculturel britannique. Pourtant, pendant longtemps – et en particulier ici en France où la laïcité semblait attaquée de tout part - le communautarisme britannique apparaissait comme une option plus propice au vivre-ensemble. Il suffisait de voir la capitale, Londres, dont on mettait en avant le cosmopolitisme, pour voir apparaître tous les bienfaits du multiculturalisme de nos voisins.

Publicité

Pourtant, il semble qu’aujourd’hui, il soit en crise: tandis que le 3 septembre dernier, le ministre britannique des affaires étrangères, Boris Johnson, ancien héraut du Brexit, affirmait que « Londres est la ville la plus accueillante et la plus multiculturelle du monde » et qu’« il n’y a pas de place pour la xénophobie », le Royaume-Uni connaît une réelle résurgence des tensions xénophobes à l’encontre de la communauté Polonaise, mais aussi à l’égard des musulmans. La police faisant état de nombreuses agressions, en particulier pendant la campagne pour le Brexit ; 3 000 plaintes pour actes xénophobes auraient été déposées pendant cette période.

Alors où va la Grande Bretagne ? La sortie du Brexit pourrait-elle marquer la fin du multiculturalisme au Royaume-Uni – en tout cas affirmer un certain retour de l’assimilationnisme ? Comment fonctionne réellement ce système « communautariste » comme nous aimons à l’appeler en France ? Quels ont été les accommodements que le Royaume-Uni, et le Canada dont nous parlerons également, ont fait aux différentes communautés religieuses ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration