De gauche à droite: Christiana Figueres, Ban Ki-moon, Laurent Fabius et Francois Hollande célébrant l’adoption de la version finale de l’Accord de Paris au Bourget (2015)
De gauche à droite: Christiana Figueres, Ban Ki-moon, Laurent Fabius et Francois Hollande célébrant l’adoption de la version finale de l’Accord de Paris au Bourget (2015)
De gauche à droite: Christiana Figueres, Ban Ki-moon, Laurent Fabius et Francois Hollande célébrant l’adoption de la version finale de l’Accord de Paris au Bourget (2015) ©Maxppp - CHRISTOPHE PETIT TESSON
De gauche à droite: Christiana Figueres, Ban Ki-moon, Laurent Fabius et Francois Hollande célébrant l’adoption de la version finale de l’Accord de Paris au Bourget (2015) ©Maxppp - CHRISTOPHE PETIT TESSON
De gauche à droite: Christiana Figueres, Ban Ki-moon, Laurent Fabius et Francois Hollande célébrant l’adoption de la version finale de l’Accord de Paris au Bourget (2015) ©Maxppp - CHRISTOPHE PETIT TESSON
Publicité
Résumé

L'Accord de Paris a été une des grandes victoires du mandat de François Hollande. Dans quelle mesure l'élection de Donald Trump met-elle en danger la pérennité de cet accord historique? Et comment le prochain président français pourrait-il l'en empêcher?

avec :

Emmanuel Hache (Economiste à l'IFP EN (Energies Renouvelables), directeur de recherche à l’IRIS, spécialiste de l’Asie du Sud-Est), Amy Dahan (Historienne des sciences, mathématicienne, directrice de recherche émérite au CNRS, co-auteure avec Stefan C. Aykut de « Gouverner le Climat ? 20 ans de négociations climatiques ».), David Levaï (Spécialiste des questions climatiques à l'Institut du développement durable et des relations internationales).

En savoir plus

François Hollande avait salué l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris le 4 novembre dernier comme un moment "historique" cet accord conclu en décembre 2015 entre 190 pays pour limiter le réchauffement climatique "en deçà de 2 degrés", qui devait être l’une des plus grandes réussites diplomatiques du quinquennat.

Mais voilà que l'administration Trump menace de remettre en cause un engagement acquis de hautes luttes, au terme de longues et laborieuses négociations.

Publicité

Le président américain a en effet signé le 28 mars un décret baptisé "Energy Independance". Se donnant pour objectif de bloquer la mise en œuvre du "Clean Power Plan" de Barack Obama, qui imposait aux centrales thermiques des réductions drastiques de CO2, l'engagement pris par les Etats-Unis lors de la Cop21. Un Donald Trump qui a également annoncé le retour du charbon et la relance de la production des énergies fossiles.

Pour le président américain, pas question d’être soumis à des règles au nom du réchauffement climatique, qu'il qualifiait d'« invention des Chinois pour miner la compétitivité de l'industrie américaine » pendant sa campagne.

Alors quelles conséquences la sortie des États Unis de l'Accord de Paris pourrait-elle entraîner? Washington a-t-il d'abord les moyens de renoncer à cet engagement? Et n'y a-t-il pas un risque que d'autres pays se laissent entraîner dans le sillon des États Unis? Avec quel impact sur la planète alors que les scientifiques estiment déjà que l'objectif de 2% est largement insuffisant ?

Une émission préparée par Violette Voldoire.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration