France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Véronique Antomarchi spécialiste du tourisme polaire, enseignante à l’INALCO en culture inuit, historienne et géographe enseignante à l’université Paris Descartes
  • Caroline Puel correspondante de presse en Chine
  • Christian Bromberger Professeur d'ethnologie à l'université de Provence, membre senior de l'Institut universitaire de France (chaire d'ethnologie générale)

Quatrième et dernière étape de notre semaine autour du tourisme à l'approche des vacances. Aux pays des bourreaux de travail lundi, tourisme alternatif en Namibie, tourisme à risque au Maghreb et au Mexique hier... Aujourd'hui, cap sur les pôles à la rencontre des inuits et des ours blancs... Nous parlons "tourisme polaire" & attrait du frais avec un petit détour par l'Iran...

Croisière avec vue sur icebergs & mer de glace, pas loin de la baie Disko, Ilulissat, Groenland
Croisière avec vue sur icebergs & mer de glace, pas loin de la baie Disko, Ilulissat, Groenland
© Reuters - Bob Strong

Alors que la France entre aujourd’hui dans son troisième jour de canicule et que le baromètre menace de se détraquer sous l’effet de la chaleur, Cultures Monde court se réfugier au frais !

Publicité

Et quoi de mieux pour cela que de mettre le Cap sur… les régions polaires !

Les touristes sont de plus en plus nombreux à venir voir de leurs propres yeux les pans de glacier s’effondrer dans la mer : le réchauffement climatique en direct mais aussi les ours blancs, la chasse au caribou, les fjords et les igloos…

En moins de 15 ans, le nombre de touristes aurait été multiplié par 8 en Antarctique… Même succès au Pôle Nord, où les touristes ont le choix entre la rencontre avec les Inuits au Nunavik, dans le nord du Canada, et le trek en pleine nature au Groenland ou au Svalbard… Partout, c’est la même quête d’authenticité, d’aventure, d’une nature préservée, immaculée… et de fraicheur !

Mais la banquise peut-elle accueillir tous ceux qui cherchent un havre de paix et de frais, loin des plages bondées?... L’Antarctique, « terre de paix et de science », pourrait-elle connaître et supporter un tourisme de masse ? Quelles conséquences sur les écosystèmes ?

Comment expliquer notre fascination pour ces déserts blancs ? Et surtout, comment les populations locales perçoivent-elles l’émergence de ce tourisme polaire?

Pour nous accompagner ce matin dans la fraicheur du studio 108, on a invité une historienne, spécialiste de la langue Inuit, également enseignante à l’IUT Paris-Descartes, et coordinatrice de l’ouvrage « De neige et de glace dans les régions septentrionales » (L’âge d’homme, 2014), Véronique Antomarchi.

Nous quitterons les pôles pour nous diriger vers des horizons plus habités… les grandes villes sont aussi des espaces où l’on cherche la fraicheur.

Nous irons d’abord du côté de l’Iran où les Téhéranais fuient la chaleur écrasante dans les montagnes qui bordent la capitale…

Puis nous terminerons notre périple du côté de Pékin, avec Caroline Puel…

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny

**SOUS LES PAVES... **
Lundi: De Washington DC à Tokyo: Pas de vacances pour les braves

Mardi: Namibie, Sénégal, Gabon: en quête d'un tourisme durable

Mercredi: Vacances sous surveillance

Jeudi: Des cimes aux glaces polaires: l'attrait du frais

L'équipe