Cultures Monde au Salon du Livre le vendredi 18 mars 2016 - Tiphaine de Rocquigny
Cultures Monde au Salon du Livre le vendredi 18 mars 2016 - Tiphaine de Rocquigny
Cultures Monde au Salon du Livre le vendredi 18 mars 2016 - Tiphaine de Rocquigny
Publicité
Résumé

Toujours en direct du Salon du Livre de Paris après avoir reçu des écrivains congolais hier, Brazzaville et Pointe-Noire étant les villes invitées de cette 36ème édition du salon du livre, nous allons parler ce matin de littérature et de journalisme.

avec :

Olivier Weber (écrivain, grand reporter, auteur notamment de « Au royaume de la lumière », ed. Plon / collection Terre humaine, a écrit plusieurs romans et récits de voyage sur l’Afghanistan dont « La confession de Massoud », ed. Flammarion.), Patrick de Saint-Exupéry (Grand reporteur, cofondateur et rédacteur en chef de la revue XXI), Jean-Pierre Perrin (grand reporter à Libération), Camilla Panhard (Journaliste).

En savoir plus

Lorsqu’en janvier 2008, l’éditeur Laurent Beccaria et le journaliste Patrick de Saint-Exupéry lancent XXI, une revue de grands reportages, une partie de la presse généraliste affiche sa suspicion vis-à-vis du projet de ces doux rêveurs qui ont, de toute évidence, raté la marche de la modernité.

Et nous voilà huit ans plus tard : plus personne ne conteste le succès d’une revue qui donne la part belle à des reportages narratifs, entre littérature et journalisme. XXI se vend tous les 3 mois à 50 000 exemplaires et a entrainé dans son sillon l’émergence de toute une génération de nouvelles revues : Feuilleton, Muze, l’Eléphant, Ravages, la Revue du crieur, la Revue dessinée, Schnock et France Culture Papiers, l’un des derniers nés, en 2012.

Publicité

Toutes ne connaissent pas le succès en kiosque ou en librairie mais leur multiplication ces quinze dernières années montre une vraie tendance et semble marquer un retour au journalisme d’auteur, qui prend son temps et privilégie la qualité à la quantité.

Alors, comment expliquer ce renouveau du grand reportage à l’heure où les rédactions coupent drastiquement les budgets, faute de rentabilité? Comment comprendre ce goût du public pour un journalisme papier et payant, deux critères considérés comme rédhibitoires à l’ère du numérique ? Que signifie ce retour au temps long du reportage ? Faut-il y voir l’avenir du journalisme ? Et d’ailleurs quelle place tient-il dans la littérature ?

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Clémence Allezard
Collaboration
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Production déléguée