Broken glass and debris are seen inside a resturant a day after a suicide attack in Kabul ©Reuters - Mohammad Ismail
Broken glass and debris are seen inside a resturant a day after a suicide attack in Kabul ©Reuters - Mohammad Ismail
Broken glass and debris are seen inside a resturant a day after a suicide attack in Kabul ©Reuters - Mohammad Ismail
Publicité
Résumé

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à l’Afghanistan, mais aussi au Pakistan où les Talibans reviennent en force malgré l’assassinat, en mai dernier, de leur leader Akhtar Mansour.

avec :

Jérémie Codron (historien, politologue, enseignant à l'INALCO de Paris, spécialiste du Bangladesh), Georges Lefeuvre (anthropologue spécialiste de l'Afghanistan et du Pakistan, ancien diplomate, consultant directeur de "Af-Pak Reserach"), Khan Mahsud Saiffulah (directeur du centre de recherche sur les zones tribales à Islamabad).

En savoir plus

Malgré les déclarations de Barack Obama, les terroristes d’Afghanistan continuent de semer la mort. Quant à la « coopération internationale », évoquée par Ashraf Ghani en juillet dernier, elle n’est toujours pas en capacité d’organiser des discussions permettant de ramener la paix.

Ces dernièrs mois, les attentats se sont multipliés en Afghanistan et Pakistan: Vendredi dernier, un kamikaze a déclenché une charge explosive devant une mosquée dans une zone du nord-ouest du Pakistan, tuant 36 personnes. En Afghanistan, à Kaboul, ce sont plus de 40 personnes qui sont mortes dans une série d’attentats dans la nuit du 5 au 6 septembre.

Publicité

Fin juillet, un attentat revendiqué par Daech fauchait 80 personnes dans la capitale à l’occasion d’une manifestation pacifique de la minorité afghane, l’un des attentats les plus meurtriers depuis la chute du régime taliban en 2001.

Outre les attentats, les djihadistes parviennent également à conquérir des territoires: autour de Tarin Kot, chef-lieu de la province d’Uruzgan, au sud, mais aussi dans le Helmand, autour de Lashkar Gah. Au printemps dernier, les insurgés avaient lancé une opération contre Kunduz, cette ville qu’ils avaient déjà conquise temporairement en septembre 2015 avant de la perdre suite à la contre-offensive de l’armée afghane soutenue par les forces spéciales de l’OTAN et les frappes aériennes.

Depuis le départ de l’essentiel des forces occidentales, les forces afghanes peinent à contenir les assauts des talibans dont le retour semble de plus en plus inéluctable; d’autant que les autorités doivent également faire face à l’essor de Daech.

Face au spectre d’un retour des talibans, Ashraf Ghani, le président, avait déjà tenté un rapprochement avec son frère ennemi, le Pakistan, sans parvenir à mettre en place un processus de négociation susceptible de ramener la paix. Côté Pakistanais, le Premier Ministre Nawaz Sharif a mis en place un plan d’action national affichant l’ambition d’éradiquer les groupes religieux violents impliqués dans le pays. Mais pour quel résultat ? Et Islamabad a-t-il réellement le désir – mais aussi les moyens militaires et politiques – de mener cette guerre contre les talibans ?

Par ailleurs, qui sont les talibans ? S’agit-il d’un mouvement parfaitement uni et cohérent ? Ou, au contraire, est-il composé de courants diverses, avec des agendas divergents ? Et comment l’essor de l’Etat Islamique a-t-il bouleversé ces équilibres ? Peut-on encore croire en la paix ? d’ailleurs où en sont les négociations ?

Une émission préparée par Samuel Bernard

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration