Publicité
En savoir plus

Le syndicalisme latino-américain a longtemps été dominé, en particulier dans les années 1950/1970, par un fort corporatisme et une relation très intime à l’Etat. Ce n’est pas un hasard si Lula et Evo Morales – l’ancien président brésilien et l’actuel chef de la République de Bolivie – sont issus du monde syndical : ancien chef d’un syndicat métallurgiste pour l’un et du syndicat des producteurs de coca pour l’autre.

Nous mettrons en avant quelques particularismes que l’on ira chercher du côté du Brésil ou de la Bolivie, mais aussi en Argentine et au Mexique 4 pays où les traditions syndicales sont très fortes, où l’on parle parfois même d’un « syndicalisme d’Etat ».

Publicité

Quelle est la nature des relations entre syndicats et pouvoir dans ces pays ?... quel est leur rôle et leur réel poids politique et social ?... que reste-t-il du syndicalisme de lutte ?...

On en parle avec :

  • Marie-France Prévôt-Schapira, ** professeur à l’Université Paris 8. Chercheur au CREDA (Centre de recherche et de documentation sur les Amériques) et co-directrice de la revue Problèmes d’Amérique latine **

*- * Andréia Galvao, professeur de sociologie au sein du département de sciences politiques de l'université Unicamp de Campinas (Brésil) et chercheuse au centre d'études Marxistes de cette même université

  • Jorge Komadina , professeur de sociologie à l'université Mayor de San Simon de Cochabamba (Bolivie), spécialiste du syndicalisme paysan et du Movimiento al socialismo (MAS).
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Lucile Commeaux
Collaboration
Philippine Proux
Collaboration
Sophie Bober
Collaboration